Staff

  • Yann le Polain de Waroux

    La recherche de Dr. le Polain de Waroux examine le rôle des choix de moyens de subsistance et d’utilisation des terres en tant que nexus social et environnemental, et les dynamiques globales et locales en milieux ruraux du Sud global. En particulier, il s’intéresse à la relation entre la globalisation, la mobilité humaine et du capital, le changement de l’utilisation des terres et ce que cela implique pour le développement et la durabilité environnementale; et au rôle des processus d’apprentissage et d’adaptation dans le renforcement de la résilience des communautés rurales face aux changements climatiques. Il se sert d’une approche empirique en intégrant des méthodes qualitatives et quantitatives afin d’explorer ces questions. Mes régions de recherche principaux sont l’Afrique du Nord -particulièrement la région boisée du sud du Maroc- et l’écorégion du Gran Choco en Argentine, Paraguay et Bolivie. Le travail que je réalise présentement enquête sur les transformations de l’usage des terres autour de frontières de produits de base, et le rôle de facteurs structurels et au niveau des agents dans leur expansion.

  • Benoit Cordelier

    Benoit Cordelier est professeur au Département de communication sociale et publique de l’université du Québec à Montréal (UQAM) où il est chercheur à la Chaire de relations publiques et communication marketing, au Centre de recherche sur la communication et la santé (ComSanté) et directeur de Communiquer Revue de communication sociale et publique. Ses recherches portent sur le changement et les processus organisationnels ainsi que sur les aspects communicationnels de la culture de les communautés de consommateur en ligne.

  • Rubens Lima Moraes

    Rubens Lima Moraes est un candidat au doctorat en science politique à l’Université Concordia. Il détient une maîtrise en politique et administration publique à l’Université de l’État de Santa Catarian (UDESC – Florianópolis, Brazil). Sa thèse de doctorat s’intéresse aux processus à travers lesquels le savoir est produit au sein des institutions participatives gouvernant les ressources naturelles en Amérique Latine. Il observe la gouvernance et la gestion de l’eau dans deux villes Brésiliennes. Rubens a également fait des recherches sur les mouvements sociaux contre la corruption et sur leur impact sur la réforme des lois afin de prévenir la corruption électorale. Il a publié ses travaux dans plusieurs journaux, notamment VOLUNTAS – la revue internationale des organisations bénévoles et à but non lucratif.

  • Tatiana Navallo

    Tatiana Navallo a obtenu son diplôme en PhD en Littérature hispanique, par l’Université de Montréal, où elle enseigne au Centre des Langues. Elle est chercheuse associée du Laboratoire interdisciplinaire d’études latino-américaines (LIELA, UQÀM) et membre du Réseau d’études latino-américaines de Montréal (RÉLAM). Sa recherche doctorale aborde les problématiques concernant la culture imprimée et la littérature de voyage pendant la période coloniale. Depuis les derniers temps, elle s’intéresse également aux histoires autobiographiques et aux fictions de l’histoire dans la narration contemporaine, en particulier la littérature migrante et frontalière. Les résultats de ses recherches ont été présentés dans des colloques, des congrès et publiés sous forme d’articles dans des revues spécialisées, tels que la coédition de l’ouvrage Periodismo antiguo en Hispanoamérica. Relecturas (2010) et du livre Miradas hacia los márgenes. Dinámicas de la cultura impresa en el Río de la Plata (1801-1807) (2013). Parmi ses publications les plus récentes on trouve l’édition du numéro Expresiones de lo fronterizo en producciones culturales pour la  Revista Visitas al Patio (2018) et  les numéros monographiques sur la littérature et l’art frontalier latino-américains pour la Hispanic Studies Review (2018) et pour Letras Hispanas : Revista de Literatura y Cultura (2018). Elle a égalemente écrit un chapitre pour Vues transversales/Récits visuels. Panorama de la scène artistique latino-québécoise(Centre d’histoire de Montréal, CIDIHCA, LatinArte, CALQ 2018).

  • Anna Calderon

    Candidate à la Maîtrise

    Anna est étudiante en Maîtrise en politique publique et d’administration publique à l’université Concordia. Anna a fait ses études de premier cycle en Science Politique à Concordia et en Criminologie à l’université Simon Fraser. Sa recherche actuelle se concentre sur le travail informel à Lima, Pérou, plus précisément, son memoire est titulé « Everyday Resistance of Domestic Workers in Lima ». Anna est aussi coordinatrice du Lab for Latin American and Caribbean Studies (LLACS) à Concordia et directrice executive de Say Ça! Cercle de soutien aux étudiants réfugiés et nouveaux arrivants.

  • Naomie Léonard

    Candidate à la Maitrise

    Naomie Léonard est bachelière du programme de Communication, politique et société de l’Université du Québec à Montréal, programme qu’elle a terminé à l’Université Libre de Bruxelles. Elle détient également un certificat en Études féministes et étudie aujourd’hui à la maîtrise en science politique à l’UQAM avec la concentration en études féministes de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF). Son parcours académique et personnel l’a mené à s’intéresser au rôle de la territorialité dans le processus de subjectivation politique chez les femmes autochtones au Costa Rica. Représentante étudiante du deuxième cycle sur le Conseil de l’IREF, elle s’implique également au sein du Collectif Femmes aux cycles supérieurs et est membre de l’exécutif de l’Association étudiante des cycles supérieurs en science politique.

    Intérêts de recherche : Féminismes, épistémologies décoloniales, éthiques féministes, luttes autochtones, territorialités, extractivisme, autodétermination, citoyenneté, subjectivation politique, mouvements sociaux, résistances, développement international

  • Dan Furukawa Marques

    Dan Furukawa Marques est professeur adjoint au Département de sociologie de l’Université Laval. Il détient un baccalauréat intégré en économie et politique de l’Université Laval, une maîtrise en théorie politique de York University, et un doctorat en science politique de l’Université d’Ottawa. Il a également été boursier du FRQSC et stagiaire postdoctoral au Centre d’études des mouvements sociaux (CEMS) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris. Ses travaux portent principalement sur la construction de communautés coopératives, les mouvements sociaux et leurs rapports au politique et aux contraintes socio-économiques avec lesquels doivent composer les acteurs de la coopération. C’est par la reconstitution des trajectoires de vie des coopérants, l’analyse des pratiques sociales quotidiennes et l’évolution du fonctionnement des coopératives que son travail saisit et caractérise différentes formes d’apparition et de transformation du politique vécues dans la coopération et le conflit. Le parcours universitaire de Dan Furukawa Marques l’a aussi amené à enseigner en français et en anglais la philosophie politique et sociale, ainsi que sur la globalisation, la citoyenneté et le développement, sur le contexte politique et social de l’Amérique latine, notamment le Brésil, de même que sur la société québécoise et ses idéologies.

  • Guillaume Ambroise

    Candidat à la maîtrise

    Ambroise Guillaume a une formation initiale en anthropologie et sociologie de l’Université d’État d’Haïti. Il est diplômé en sociologie et science politique de l’Université du Québec à Montréal. Il s’intéresse à la sociologie politique et historique. Dans le cadre de son mémoire de maitrise, il travaille sur le processus de démocratisation en Haïti enclenché depuis 1986.

  • Priscyll Anctil Avoine

    Candidate au doctorat

    Priscyll Anctil Avoine est doctorante à l’Université du Québec à Montréal en science politique avec concentration en études féministes et elle est boursière Vanier-Banting. Elle a complété sa maîtrise en Études internationales sur la Paix, les conflits et le développement à l’Universitat Jaume I en Espagne pour laquelle elle a reçu une bourse du FRQSC pour son mémoire portant sur l’implication politique des femmes kamikazes à partir d’une approche genrée. Sur le plan professionnel, elle a été assistante de recherche à l’Université Laval (Canada) et à l’Université de Bradford (Angleterre) puis, professeure et chercheure dans deux universités colombiennes : l’Universidad Santo Tomás et l’Universidad Industrial de Santander. En Colombie, elle a également réalisé du travail de terrain dans différentes zones affectées par le conflit armé surtout au regard des effets de la Contamination par les Armes sur la population civile. Ses intérêts de recherche se centrent sur les femmes ex-combattantes, la construction de la paix et la théorie décoloniale. Elle est très impliquée dans les activités de l’ONG Corporación Descontamina, travaillant pour l’action nonviolente, la diversité de genre et la construction de la paix. Actuellement, ses recherchent portent sur les femmes en processus de réintégration à la vie civile dans le contexte du conflit armé colombien.

  • Marc-André Anzueto

    Chercheur postdoctoral

    Marc-André Anzueto détient un doctorat en science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Dans le cadre de ce doctorat, il a été boursier du Programme d’études supérieures du Canada Joseph-Armand-Bombardier (CRSH), chercheur invité à la Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales (FLACSO-Guatemala) et boursier doctoral au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM). Ses travaux portent sur la sécurisation des droits humains en politique étrangère du Canada en Amérique latine, en particulier les pays en situation de post-conflit. Ses recherches sur les droits humains et les enjeux de la diplomatie canadienne au Guatemala au XXIe siècle ont notamment été publiées dans Latin American Perspectives, Canadian Foreign Policy Journal, Études internationales et la Revue québécoise de droit international.

  • Sébastien Arcand

    Professeur adjoint - Département de Gestion - HEC Montréal

    Contact
    Telephone (514) 340-7770
    HEC Montréal
    3000, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal, Québec H3T 2A7

    Intérêts de recherche
    Changement et structures organisationnelles, entreprises nationales comparatives et relations sociales ethniques, management inter-culturel.

    Extrait de publications

    • Arcand, S. and Joseph Facal. (2007). L’entrepreneurship immigrant dans une société nationale minoritaire: Le cas du modèle québécois, à être publié dans C. Maitte et al., Migration et Culture d’Entreprise : Échanges et diversité dans le monde du XVe au XXe siècle, Valenciennes, Presses Universitaires de Valencienne;
    • Arcand, S. (2006). Les associations de groupes ethniques minoritaires et les consultations publiques au Québec, 1974 et 2000 : la difficile construction d’une parole minoritaires, à être publié dans le Volume 2 de Canadian Ethnic Studies/Revue d’études canadienne, octobre 2006;
    • Arcand, S. (2006). Les organisations supra étatiques économiques : historique, évolution et enjeux dans Jean-Pierre Dupuis et al. (éd.), Sociologie de l’économie, du travail et de l’entreprise, Deuxième édition, Gaëtan Morin Éditeur, Montréal: 133-170.
  • Victor Armony

    Professeur Département de Sociologie UQÀM

    Victor Armony est professeur titulaire au Département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal, ainsi que co-directeur de l’Axe « Démocratisation, pratiques citoyennes et collectivités minoritaires » au Centre de recherches interdisciplinaires sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ). Il a été directeur de l’Observatoire des Amériques (2008 à 2013), rédacteur en chef de la Revue canadienne d’études latino-américaines et caraïbes (2004 à 2011) et analyste politique et économique pour la section latino-américaine de Radio Canada International (2009 à 2012). En 2011-2012, il a été Senior Fellow au Center for North American Studies (American University, Washington, DC) et titulaire de la Chaire invitée de recherche Fulbright en études politiques (Department of Government, University of Texas). Il est l’auteur de plusieurs livres, dont Le Québec expliqué aux immigrants (VLB Éditeur, 2007; réédité en 2012; traduit en allemand en 2010 et en espagnol en 2013) et L’énigme argentine (Athéna, 2004). Il a co-édité, avec Stéphanie Rousseau, l’ouvrage Diversidad cultural, desigualdades y democratización en América Latina (Éditions Peter-Lang, 2012). Il mène actuellement une recherche sur la population d’origine latino-américaine au Canada.

  • Manuel Balán

    Professeur adjoint Département de Sciences Politiques McGill University

    Manuel Balán est professeur adjoint au département de Science politique et de l’Institut pour l’étude du développement International de McGill. Ses intérêts de recherche comprennent la politique comparée–notamment en Amérique latine–, la corruption et le développement, la politique des médias et scandales, transparence et politiques de lutte contre la corruption, partis politiques et systèmes politiques, conception constitutionnelle et mise en œuvre, conception de la recherche quantitative et des méthodes qualitatives et modélisation formelle. Son prochain livre se penche sur les déterminants politiques des scandales de corruption en Argentine, au Brésil et Chili. Il a aussi des projets en cours qui regardent la nouvelle gauche en Amérique latine, l’institutionnalisation des partis politiques et le degré d’engagement public et de l’État sur les questions de lutte contre la corruption et la polarisation politique dans les médias.

  • Leonardo Barros Soares

    Candidat au doctorat

    Leonardo Barros Soares est titulaire d’un baccalauréat en psychologie (Université Fédérale du Ceará, 2008), d’une maîtrise en science politique (Université Fédérale du Minas Gerais, 2013) et est présentement candidat au doctorat en science politique dans la même université au Brésil. Il est membre actif du Projet Démocratie Participative (Participatory Democracy Project – PRODEP/UFMG). Ses intérêts de recherche se résument aux études sur le pouvoir local, les politiques autochtones, les études comparatives, les études latino-américaines et les revendications territoriales des autochtones. Il travaille actuellement sur une comparaison transnationale du rôle de la participation autochtone dans les politiques de reconnaissance des revendications territoriales au Brésil et au Canada. Il a reçu plusieurs bourses de la  Deutscher Akademisher Austauschdienst (DAAD/Germany) ainsi qu’un prix du programme Emerging Leaders in the Americas Program (ELAP/Canada) en 2015, dans le cadre duquel il a passé quelques mois au sein du Centre de recherche sur les politiques et le développement social (CPDS) de l’Université de Montréal.

  • Georges Bastin

    Professeur - Département de Linguistique et Traduction

    Responsable du Groupe de recherche HISTAL – Histoire de la traduction en Amérique latine. Georges Bastin s’intéresse à tout ce qui touche la traduction en Amérique latine, en particulier au Venezuela. Les thèmes privilégiés sont l’indépendance, la presse ancienne et les activités langagières des Franciscains et des Jésuites. En pédagogie, ce sont les aspects de la réexpression qui occupent sa réflexion, soit la traduction en tant qu’activité onomasiologique. Il travaille notamment sur les techniques de rédaction et d’autorévision. En théorie, Georges L. Bastin s’intéresse plus particulièrement aux interventions délibérées du traducteur, comme l’adaptation et l’appropriation.

  • Pierre Beaucage

    Professeur Émerite - Département d'Anthropologie

    Professeur émérite au Département d’anthropologie de l’Université de Montréal, Pierre Beaucage s’intéresse à l’anthropologie économique et au développement, de même qu’à l’ethnoscience et aux mouvements autochtones. Il a publié plusieurs articles dans ces domaines, au Québec, au Mexique et en Espagne. Il a dirigé récemment, (en coll. avec Deirdre Meintel) la publication d’un numéro spécial Religion, conversion et politique, Anthropologica Vol 49 (no 1) 2007, et un livre (avec Martin Hébert : Images et langages de la violence en Amérique latine (Presses de l’Université Laval, sous presse). Plusieurs de ces publications ont été faites en collaboration avec le Taller de Tradicià³n Oral, équipe de jeunes chercheurs nahuas de San Miguel Tzinacapan, Puebla, dont deux livres : Maseualxiujpajmej / Plantas medicinales indigenas (1988) ; Les oiamos decir a los abuelos (1994). Il a dirigé la traduction et réédition du livre de Marius Barbeau : La mythologie huronne et wyandotte (1994). Il a également travaillé sur les thèmes de l’ethnohistoire et de l’ethnoscience nahuas. Membre du Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL), il est présentement professeur invité à l’Université de Grenade.

  • Virginie Belony

    Candidate au doctorat

    Virginie Belony est une étudiante au doctorat à l’Université de Montréal. Elle a obtenu une maîtrise en histoire de la même université. Dans ses études de deuxième cycle, elle s’est principalement intéressée à l’expansionnisme américain en Amérique latine au tournant du dernier siècle et à l’internationalisme noir durant l’entre-deux-guerres. Son travail de maîtrise a exploré les diverses réactions de l’Association nationale pour l’avancement des gens de couleur (NAACP) à l’occupation américaine d’Haïti centrée sur l’intervalle de 1915 à 1922. Ses recherches actuelles portent sur les questions de mémoires contestées après des périodes de violence étatique et sur la mémoire collective dans des espaces diasporiques. Sa thèse temporairement intitulée « Mémoires du duvaliérisme dans la diaspora haïtienne de Montréal (1986-2014), » examinera les mémoires de l’époque Duvalier dans la communauté haïtienne de Montréal.

  • Afef Benessaieh

    Professeure - École des sciences de l’administration (ESA) TÉLUQ | Université du Québec | e-university of Quebec

    Afef Benessaieh est professeure en études internationales, à l’université à distance TÉLUQ (Montréal, Québec). Elle a joint la TÉLUQ en 2009 après un premier poste au Collège universitaire Glendon de l’université York (Toronto, 2005-2009). Elle détient un Ph.D en relations internationales de l’Université Southern California (USC, Los Angeles, 2005). Elle est membre associée et co-directrice de l’axe ‘interaméricanité et transculturalité’ du RÉLAM; et est aussi associée à plusieurs centres comme le Centre de recherche sur les pouvoirs locaux dans la Caraïbe (CRLPC, Université des Antilles), ou le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM-UQAM). Ses recherches
    concernent principalement les approches transculturelles et multiculturelles à la pluriethnicité dans le monde, la migration internationale, les dimensions culturelles de la globalisation, et les théories critiques de l’international, surtout dans le contexte des sociétés du Nouveau monde (Les Amériques). Dans les derniers dix ans, elle a publié plus de trois monographies, et une vingtaine d’articles et de chapitres d’ouvrages scientifiques avec comité de lecture, dont : Amériques transculturelles/Transcultural Americas (Ottawa : Presses de l’Université d’Ottawa, 2010); « Bouchard-Taylor à l’UNESCO : ambivalences interculturelles et clarifications transculturelles» (avec P. Imbert, dans K. Ertler, S. Gill, P. James et S.Hodgett, Canadian Studies : the State of the Art, Peter Lang, 2011); «Multiculturalisme dense ou violence massive : quatre scénarios possibles» (RELIEF Revue électronique de littérature française, janvier 5 : 3, 2012) ; ou « Boas Goes to Americas : the Emergence of Transamerican Conceptions of Culture » (dans M. Graham et W. Raussert, Mobile and Entangled Americas. Routledge, 2016). Une sélection de ses publications est entièrement accessible en ligne sur Research Gate : www.researchgate.net/profile/Afef_Benessaieh2

  • Carlos Bracamonte Ruiz

    Candidat au doctorat

    Carlos Bracamonte Ruiz est candidat au doctorat à l’Université de Montréal et il travaille sur un projet intitulé « Mémoire des conflits armés internes au Pérou: le cas des universitaires du Mouvement pour les droits de l’homme et des droits de l’homme (MOVADEF) ». Il a un maîtrise en études hispaniques. Il est également journaliste, il a travaillé à l’Instituto Prensa y Sociedad (IPYS) et est présentement membre du centre journalistique Convoca.pe.

  • Andréanne Brunet Bélanger

    Candidate à la Maîtrise

    Andréanne Brunet Bélanger est actuellement étudiante à la maîtrise en science politique à l’Université du Québec à Montréal. Elle s’intéresse au processus des transferts juridiques dans le cadre de l’élaboration des législations internes en droit du travail  pour les travailleuses des maquiladoras au Mexique. Plus généralement, Andréanne a développé un intérêt pour le chevauchement entre les sphères juridique et politique, ainsi que pour la critique féministe du droit. Avant d’entamer des études à la maîtrise, elle a réalisé un baccalauréat en relations internationales et droit international à l’UQAM.

  • Romain Busnel

    Candidat au doctorat

    Romain Busnel est candidat au doctorat en science politique à l’Université de Montréal et à l’Université Lille 2 (France). Il est titulaire d’une maîtrise en science politique de l’Université Lille 2 et s’est spécialisé sur les politiques des activités économiques illicites. Sa recherche doctorale actuelle se concentre sur les résistances liées à la culture de la coca dans les régions rurales du Chapare (Bolivie), Convención et VRAEM (Pérou).

  • LinaMar Campos Flores

    Candidate au doctorat

    LinaMar Campos Flores détient une maîtrise en Médiation Interculturelle (Université de Sherbrooke) et est candidate au doctorat en Géographie Humaine à l’Université de Montréal. Elle est récipiendaire de la bourse du FRQSC pour son projet de recherche sur les programmes pour travailleurs en agriculture saisonnière qui contracte hommes et femmes latino-américain-e-s afin de travailler dans les champs et serres canadiennes. L’un de ses intérêt de recherche porte sur la composante émotionnelle dans l’étude des phénomènes sociaux, à travers la perspective des Géographies Émotionnelles. Elle explore par ailleurs les approches inter-sectionnelles et post-coloniales.

  • Laura Carli

    Candidate à la maîtrise

    Laura Carli est candidate à la maîtrise en sociologie à l’Université du Québec à Montréal. Dans le cadre de son mémoire de maitrise, elle travaille sur le processus d’intégration et la construction identitaire des jeunes issus de l’immigration sud-américaine en Argentine. Elle s’intéresse aussi aux pratiques d’exploitation des travailleurs migrants dans des ateliers de couture en Argentine.

    Laura détient également un baccalauréat en communication sociale (Université Juan Agustín Maza, Argentine) et un certificat en coopération internationale (Université de Montréal).

  • Leila Celis

    Professeure - Département de Sociologie

    Leila Celis détient un doctorat en études politiques de l’Université d’Ottawa (2013), et une maîtrise en sciences politiques de l’Université du Québec à Montréal (2008). Ses recherches portent sur les mouvements sociaux (femmes, paysans, autochtones et afrodescendants), la violence, les droits humains et l’Amérique latine, à travers une approche interdisciplinaire puisant dans l’économie politique, la sociologie historique et les théories féministes. Leila Celis est directrice du Centre de recherche sur les imaginaires (CRI), membre du Groupe de recherche sur les imaginaires politiques de l’Amérique latine, de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF).

  • Rose Chabot

    Candidate au Doctorat

     

     

     

     

     

     

     

     

    Rose est candidate au Doctorat en sciences politiques à l’Université McGill et détient un Baccalauréat en Études internationales à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux enjeux reliés à la citoyenneté ainsi qu’aux relations entre l’État et la société dans les régions périphériques de l’Amérique latine. Sa recherche actuelle porte sur les effets des réseaux transnationaux et transfrontaliers sur la participation politique en Argentine, au Paraguay, en Bolivie et au Chili.

  • Louis-Charles Cloutier Blain

    Candidat à la maîtrise

    Ayant complété son baccalauréat en histoire à l’Université du Québec à Montréal (2013), Louis-Charles Cloutier Blain termine maintenant son mémoire de maîtrise à la même université sur l’histoire du Mexique contemporain sous la direction de Geneviève Dorais. S’attardant à l’écriture d’une histoire transnationale par le bas, il s’intéresse présentement au logement à Mexico D.F. dans les années 1970 et 1980. Il est également animé par un profond intérêt pour la théorie de l’histoire et l’épistémologie. Les questions entourant l’agentivité,  les transferts culturels et le rapport entre échelle d’analyse et écriture de l’histoire sont des exemples de ses principales préoccupations théoriques. L.-C. Cloutier Blain définit son rôle d’historien à l’instar de Marcus Rediker, soit d’historiciser l’expérience des gens ordinaires qui ont su simultanément s’opposer à l’ordre social de leur époque tout en proposant des solutions concrètes et des modes de vie alternatifs.

  • Danielle Coenga Oliveira

    Candidate au doctorat

     

    Danielle Coenga est diplômée en psychologie. Elle détient une maîtrise en psychologie sociale de l’Université de Brasilia (Brésil) et une maîtrise en études internationales de l’Université de Montréal. Travaillant dans la perspective féministe, elle s’intéresse aux droits humains et aux questions de genre et de sexualité. Ses travaux de maîtrise ont porté respectivement sur l’homophobie dans les discours contre l’union civile entre personnes de même sexe et sur l’intégration de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre dans les programmes de coopération internationale. Comme consultante du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et d’organisations non-gouvernementales, elle a exercé un rôle de spécialiste des questions LGBTQI (relatives aux personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transsexuelles, queer et intersexuelles) et de développement de projets de recherche et d’analyse de données. Dans le cadre de sa thèse doctorale, elle se penchera sur les conceptions d’égalité de genre dans les programmes et les projets de l’Organisation des Nations Unies.

  • Thomas Collombat

    Professeur Département de Sciences Sociales - Université du Québec en Outaouais

    Contact 
    Telephone (819) 595-3900 poste 4477
    C-3310, Pavillon Alexandre-Taché
    283, boulevard Alexandre-Taché, Gatineau (Québec) Canada J9A 1L8
    Intérêts de recherche
    Unionisme, travail international, économie politique internationale, Amérique latine
    Extrait de publications

    • Collombat, Thomas. 2014. « Labor and Austerity in Québec: Lessons from the Maple Spring ». Labor Studies Journal, vol. 39, no 2 : 140-159;
    • Collombat, Thomas. 2014. « Le projet de loi C-377 : transparence financière ou programme antisyndical ? ». Chronique internationale de l’IRES, no 145 : 19-28;
    • Collombat, Thomas. 2009. « Le débat sur l’eurocentrisme des organisations syndicales internationales : une perspective des Amériques ». Dans Patrick Hassenteufel et Jean-Marie Pernot (dir.), « Les syndicats à l’épreuve de l’Europe », Politique européenne, no 27, Paris : L’Harmattan : 177-200.
  • Oliver Coomes

    Professeur titulaire

    Oliver Coomes est professeur de géographie à l’Université McGill. Ses travaux se concentrent sur des problématiques reliées à l’environnement et le développement dans les forêts néotropicales et les communautés forestières d’Amérique latine, incluant les communautés paysannes, l’allocation des ressources forestières, les pièges de pauvreté spatiales, le changement de couverture terrestre, l’adaptation aux changements environnementaux et l’agrobiodiversité. Il a aussi été rédacteur en chef de la revue World Development pendant l’année 2012.

  • Jessica Coon

    Professeure agrégée

    La recherche de Jessica Coon est axée sur la syntaxe et la morphologie. Elle s’intéresse particulièrement dans l’ergativité, l’ergativité divisée, les systèmes d’accord linguistiques, la nominalisation et les langues au verbe initial. Ses conclusions de recherche sont majoritairement basées sur l’étude d’une langue maya, le Chol. Elle a commencé ses terrains de recherche sur le langage en 2002, et a voyagé régulièrement le Chiapas depuis. Ses travaux à Montreal se font en collaboration avec des locuteurs du Chuj, a une langue maya originaire du Guatemala.

  • Ximena Cuadra Montoya

    Candidate au doctorat

    Ximena Cuadra Montoya est candidate au Doctorat en science politique à l’Université du Québec à Montréal. Son sujet de recherche porte sur la question autochtone dans les contextes de conflits pour l’installation des industries extractives. Particulièrement, elle s’intéresse sur les questionnements et les réponses du mouvement mapuche à l’extractivisme énergétique au Chili. Elle est titulaire d’une maîtrise en science politique de l’Université du Québec à Montréal (2014). Son mémoire de recherche s’intitule « Pluralisme radical et décolonisation dans les mobilisations autochtones face à l’industrie extractive : analyse de deux cas au Chili et au Québec ». Elle détient également une maîtrise en sociologie de l’Université de Barcelone (2011) et un diplôme de baccalauréat en sociologie à l’Université de Concepción au Chili (2003).

  • Thiago De Oliveira Gonçalves

    Candidat au doctorat

    Thiago de Oliveira Gonçalves est candidat au doctorat en science politique à l’Université de Montréal. Il se concentre sur les enjeux de gestion suite au contexte d’augmentation de la population carcérale au Brésil depuis les années 1990. Ce projet de recherche pour le doctorat fait suite à son travail de maîtrise en science politique à l’Université Fédérale de Rio Grande Do Sul, qui se concentrait sur les déterminants des politiques en matière de drogues au Brésil. L’observation des droits humains dans les prisons est une variable importante pour comparer l’efficacité du système carcéral brésilien avec d’autres cas comme le Canada ou d’autres pays latino-américains. Il a également obtenu un baccalauréat en relations internationales au centre universitaire de Curitiba.

  • Annabelle Dias Felix

    Candidate au doctorat

    Annabelle Dias Felix est candidate au doctorat en science politique à l’Université de Montréal. Elle a obtenu sa maîtrise en études latino-américaines spécialité science politique à l’IHEAL (Institut des Hautes Études sur l’Amérique latine) à Paris. Elle s’est spécialisée sur la question de la sécurité publique au Brésil dès sa première année de maîtrise, où elle a approfondi ses recherches sur le sujet lors de sa dernière année. À cette occasion, elle a effectué un terrain de recherche de 3 mois au sein d’une unité de police pacificatrice à Rio de Janeiro, le mémoire qui en a découlé s’intitule : « Politique de sécurité et unités de police pacificatrice à Rio de Janeiro : pratiques et représentations chez les policiers militaires de Mangueira ». Elle approfondie cette question pour son doctorat en proposant une comparaison du cas brésilien avec le cas de la ville de Mexico au prisme de l’État de droit.

  • Geneviève Dorais

    Professeure Département d'Histoire UQÀM

    Geneviève Dorais est professeure d’histoire de l’Amérique latine à l’Université du Québec à Montréal depuis décembre 2014. Elle a complété son doctorat en histoire de l’Amérique latine à l’Université du Wisconsin – Madison (2014). Ses intérêts de recherche portent principalement sur l’histoire transnationale des Amériques (XIXe – XXe siècles), avec une attention particulière pour l’histoire sociopolitique et intellectuelle du Pérou et du Mexique au siècle dernier. Intitulée « Indo-America and the Politics of APRA Exile, 1918-1945 », sa thèse retrace l’expérience de l’exil politique et de la persécution d’état au Pérou telle que vécue par les membres de l’Alliance Populaire Révolutionnaire Américaine (APRA). Conjuguant différents niveaux d’analyse historique, alternant notamment entre des approches micro et transnationale, Dorais s’interroge, plus largement, sur les motivations d’acteurs non étatiques à développer des projets d’intégration continentale.

  • Marie-Christine Doran

    Professeure agrégée - School of Political Studies - University of Ottawa

    Contact
    Telephone (613) 562-5800 ext. 2009
    Social Science Building, 7061
    120 University, Ottawa, Ontario K1N 6N5
    Intérêts de recherche
    Démocratisation: perspectives théoriques et empiriques, criminalisation de la dissidence, légitimité politique, représentation et participation, violence politique en Amérique latine, identités politiques, imaginaires sociaux et culture politique, mouvements sociaux et action collective en Amérique latine, religion et politiques, droits humains, lutte contre l’impunité, justice, démocratie, État de droit en Amérique latine, gouvernance, institutions politiques et acteurs.
    Extrait de publications

    • Marie-Christine Doran (50%) et Nicolas Angelcos (50%), « » L’expérience participative des pobladores au Chili : entre résistance aux modes de gestion de la pauvreté et nouvelles formes de politisation « », Lien social et politiques, vol 3(no 71), avril 2014, 159-178;
    • Doran, Marie-Christine, « Religion and Land Takeovers in Mexico: Collective Miracles and the Building of Community », Canadian Journal of Latin American and Caribbean Studies, vol. 37(76), 2013, (sous presse).
  • Graciela Ducatenzeiler

    Professeure titulaire - Département de Sciences Politiques

    Spécialisée en politique comparée, ses recherches et enseignements portent principalement sur l’Amérique latine. Graciela Ducatenzeiler (doctorat, Paris) s’intéresse aux régimes politiques et au populisme du Cône sud-américain. Elle a été directrice scientifique adjointe du CÉRIUM et professeure invitée à plusieurs universités comme l’Institut d’Études Politiques de Paris, l’Institut d’Études Supérieures d’Amérique Latine où elle a présidé la chaire Alfonso Reyes et l’Institut d’Études Politiques de l’Université de Bologne.

  • Mélanie Dufour-Poirier

    Professeure associée - École de relations industrielles

    Titulaire d’un doctorat en administration de HEC Montréal, Mélanie Dufour-Poirier est professeure adjointe en relations du travail à l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal. Elle est également co-chercheure affiliée au Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail (CRIMT) et au Groupe d’étude sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP). Ses intérêts de recherche et son enseignement portent principalement sur le renouveau de la représentation collective et syndicale, la transformation de l’action et des identités syndicales, les aspects sociaux de la mondialisation, les coalitions syndicales, ainsi que les études comparatives dans le domaine des relations industrielles. Des travaux de recherche précédents et actuels l’ont menée à se pencher sur l’industrie des mines et de la métallurgie dans plusieurs pays dont le Canada, le Chili, le Mexique, le Pérou et les Philippines.

  • Bernard Duhaime

    Professeur - Département de Droit

    Bernard Duhaime est professeur de droit international à la Faculté de Sciences politiques et de Droit de l’Université du Québec à Montréal (UQAM, à Montréal au Canada). Il enseigne principalement le droit international des droits humains et se spécialise dans le Système interaméricain de protection des droits de la personne. Il est également membre du Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires, se rapportant au Conseil des Droits de l’Homme de l’Organisation des Nations Unies. Auparavant, M. Duhaime était avocat à la Commission interaméricaine des Droits de l’Homme de l’Organisation des États Américains. Il est membre du Barreau du Québec au Canada.

    Le Pr. Duhaime contribue à la promotion et la défense des droits humains depuis 1996. Il a travaillé ou collaboré avec diverses agences internationales et nationales de défense des droits de la personne, prenant part à de multiples missions d’observation et de formation sur le terrain et produisant de nombreux rapports institutionnels. Il conseille ou a conseillé plusieurs organisations de défense des droits de la personne et des peuples autochtones, avocats et défenseurs des droits humains, organisations internationales et États. Il représente ou assiste régulièrement des victimes et défenseurs des droits de la personne dans le cadre d’affaires contentieuses devant le Système interaméricain de protection des droits de l’Homme, les agences et mécanismes spécialisés de l’ONU, la Cour européenne des droits de l’Homme, etc.

  • Julián Durazo Herrmann

    Professeur - Département de Sciences Politiques

    Julián Durazo Herrmann est professeur de politique comparée des Amériques au Département de Science Politique de l’UQAM depuis juin 2007. Il détient un Doctorat en science politique de l’Université McGill à Montréal. Ses recherches portent sur la politique subnationale en Amérique latine, le néopatrimonialisme et les problèmes des consolidations démocratiques à partir d’une analyse des rapports État-société. Présentement, il étudie les cas spécifiques de Bahia, au Brésil, et d’Oaxaca, au Mexique. En 2013, il publiait Réflexions sur le centenaire de la Révolution mexicaine. Un siècle bigarré aux Presses de l’Université du Québec.

  • Philippe Faucher

    Professeur associé - Département de Sciences Politiques

    Ses enseignements portent sur les questions de politiques économiques et de mondialisation. Il s’intéresse aux grandes organisations économiques internationales telles que l’OMC, la Banque Mondiale, le FMI et le G8/G20. En plus des questions de politiques économiques internationales, il s’intéresse de près aux régimes politiques de l’Amérique latine et tout particulièrement à celui du Brésil. Ses recherches actuelles portent sur les institutions politiques en lien avec les processus de développement, sur les politiques macro-économiques des pays émergents et sur la rente pétrolière comme facteur d’instabilité économique et politique.

  • Carolina Ferrer

    Professeure Département d'Études Littéraires

    Carolina Ferrer est professeure agrégée au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada. Ses recherches portent sur la littérature et la culture hispano-américaines, les dynamiques culturelles, les humanités numériques, les aspects sémiotiques des systèmes d’information documentaire, les études cinématographiques, l’épistémocritique. En 2008, elle a inauguré le groupe de recherche Babel Borges (www.babelborges.org), qui a pour but l’étude de la propagation de l’œuvre de Jorge Luis Borges dans la culture. Depuis 2011, elle dirige le projet Magellan, qui s’insère dans les humanités numériques et dont le but est d’examiner un champ particulier, celui des études littéraires sur les lettres hispano-américaines. Elle a coédité, avec Lucille Beaudry et Jean-Christian Pleau, le volume : Art et politique. La représentation en jeu (Québec: Presses de l’Université du Québec, 2011). Elle a aussi publié des articles sur le réalisme magique, la littérature fantastique, le boom du roman hispano-américain et sur plusieurs auteurs, tels que Borges, Bolaño, Cortázar, Dorfman, Franz, Manns, Peri Rossi, Piglia, Rey Rosa et Thays.

  • Carlos Figari

    Professeur invité - Département de Sciences Sociales - Universidad Buenos Aires

    Intérêts de recherche
    Théorie queer, histoire gay et lesbienne, lesbiennes, gays.
    Extrait de publications

    • Figari, Carlos. Eróticas de la disidencia en América Latina: Brasil, siglos XVII al XX. CLACSO, 2009;
    • Todo sexo es político: Estudios sobre sexualidades en Argentina. Libros del Zorzal, 2008;
    • Figari, Carlos, Daniel Jones, Micaela Libson, Hernán Manzelli, Flavio Rapisardi, and Horacio Sívori. « Sociabilidad, política, violencia y derechos. La Marcha del Orgullo GLTTB de Buenos Aires 2004. » Antropofagia, Buenos Aires (2005).
  • Kathryn Furlong

    Professeure adjointe - Département de Géographie

    Son programme de recherche concentre autour des enjeux courants de la gestion et la gouvernance de l’eau. Elle se préoccupe surtout des conséquences sociales et environnementales qui en découlent, l’effet des restructurations politicoéconomiques, et les liens avec les défis de la gouvernance municipale. Ces recherches rallient ainsi les disciplines des géographies économique, urbaine et de l’environnement tout en se penchant sur de nombreux enjeux liés à la gouvernance, à la règlementation, à la prestation des services municipaux, aux réseaux sociotechniques et aux liens entre la société et l’environnement. Les projets de recherches courantes portent sur les sociétés municipales pour la prestation des services en eau à la Colombie et aux Pays-Bas, sur les modèles de gestion de service au Canada, la gestion des infrastructures dans un contexte sociotechnique, les problèmes de qualité en eau potable, et les projets qui cherchent à améliorer l’accès aux services en eau potable en Colombie.

  • José Antonio Giménez Micó

    Professeur - Département de langues classiques, modernes et de linguistiques

    José Antonio Giménez Micó a reçu un doctorat En littérature comparée de l’Université de Montréal en 1996 et a effectué une recherche postdoctorale sur la littérature latino-américaine à l’Université de Toronto en 1996-1997. De 1998 à 2000, il a été professeur assistant à l’Université de Calgary et est devenu professeure adjoint. Ses recherches et ses intérêts pédagogiques incluent les imaginaires andins et amazoniens (Pérou), les études culturelles et littéraires d’Amérique latine, la littérature comparée, la théorie de l’interprétation (herméneutique), la théorie de l’argumentation et l’analyse du discours.

  • Kevin Gould

    Professeur associé et Directeur d'études au 1er cycle Département de Géographie, Planification et Environment Concordia University

    La recherche de Kevin Gould explore la politique d’élaboration de politiques environnementale et économique dans les Amériques. Il s’intéresse particulièrement aux politiques autorisés par des connaissances techniques et ses recherches actuelles examinent des projets de développement encadrés par des experts militaires pendant la Guerre froide ayant favorisé certaines élites et réifié des visions d’exclusion raciale, nationales et naturelles. S’appuyant sur la nouvelle géographie économique et de la littérature de l’écologie politique, l’étude du Dr Gould examine la politique du marché de réforme agraire, la reconstruction post-catastrophe, étude d’impact environnemental et développement des infrastructures de guerre froide.

  • Nathalie Gravel

    Professeure agrégée - Département de Géographie - Université de Laval

    Contact 
    Telephone (418) 656-2131 poste 13018
    Pavillon Abitibi-Price local 3103, Université Laval
    2405, rue de la Terrasse, Québec (Québec) G1V 0A6
    Intérêts de recherche

    Processus d’internationalisation des économies latino-américaines, géographie de la pauvreté, inégalités socio-économiques et exclusions, gouvernance territoriale et environnementale, citoyenneté, paix et démocratie au Mexique.
    Extrait de publications

    • GRAVEL, N. et A. LAVOIE (2009) Introduction. La gouvernance environnementale en perspective. Revue canadienne des études latino-américaines et caraïbes. Numéro spécial sur la gouvernance environnementale en Amérique latine, 34 (68) : 5-18;
    • GRAVEL, N. (2009) La gouvernance rurale au Mexique en réponse à la vulnérabilité paysanne extrême. Revue canadienne des études latino-américaines et caraïbes. Numéro spécial sur la gouvernance environnementale en Amérique latine, 34 (68) : 111-145;
    • GRAVEL, N. (2008) Yucatán « post-maquiladora » : el futuro del sector exportador (Le Yucatán post-maquiladora : le futur du secteur d’exportation). Revista de Economía de la UADY (Revue d’économie de l’Université autonome du Yucatán), 71 (2) : 37-54.
  • Ingrid Hall

    Professeure adjointe - Département d'Anthropologie

    La gestion des ressources naturelles est au cœur de mes préoccupations depuis plus de 10 ans. Quelle que soit la ressource, la terre, l’eau ou maintenant la diversité biologique de la pomme de terre, je m’intéresse à la façon dont les pratiques (gestion, techniques et savoir-faire) permettent de mieux comprendre les rapports des hommes entre eux, et ceux qu’ils établissent avec leur environ- nement. Mes travaux portent sur la nature du lien social qui unit les membres de la communauté paysanne où j’ai réalisé mon travail de terrain (District de Calca, région de Cusco, Pérou). Cette unité administrative étant le fruit de recompositions sociales et territoriales suite à la réforme agraire de 1969, j’ai reconstitué le processus de genèse du groupe social qui y correspond désormais. Au terme de cette analyse, il est apparu que la communauté légalement consituée a pris véritablement corps d’un point de vue sociologique et anthropologique en un laps de temps relativement court suite à une réforme du statut légal des communautés. La gestion de la terre et de l’eau apparaissant être les deux piliers sur lesquels ce processus de genèse a » pris « , ce cas permet de penser autrement les communautés paysannes contemporaines, trop souvent appréhendées comme des rémanences du passé préhispanique.

  • Kregg Hetherington

    Professeur associé Départements de Sociologie et Anthropologie Concordia University

    Kregg Hetherington est un anthropologue politique spécialisée dans les conflits environnementaux, réglementation économique, l’État bureaucratique et développement international en Amérique latine. Sa recherche se concentre sur savoir comment écologique ou économique devient politisée pendant les périodes de bouleversements sociaux, créant des formes divergentes d’expertise. En d’autres termes, en examinant comment les institutions autorisent certains modes de connaissance de leur société sur les autres et comment ils changent pour s’adapter aux nouvelles conditions environnementales et politiques. Il a beaucoup écrit sur la manière dont les paysans sont pris dans un balayage de la transition agraire au Paraguay, qui a connu une transition hésitante vers la démocratie. Il démontre par cette recherche comment des militants ont créé de nouvelles façons de penser et de pratiquer le gouvernement.

  • Tina Hilgers

    Professeure associée Département de Sciences Politiques Concordia University

    La recherche de Tina Hilgers porte sur les luttes des pauvres pour une représentation politique par le biais de favoritisme, clientélisme, organismes sociaux et partis politiques. Son principal domaine géographique d’intérêt est l’Amérique latine. Elle détient actuellement une subvention du CRSH Insight pour un projet qui étudie le lien entre les évaluations des citoyens latino-américains de gouvernance le long de lignes institutionnelles, économiques et identitaires, et leur décision de s’engager dans le clientélisme. Elle est également chercheure principale (avec Laura Macdonald et Julian Durazo Herrmann) sur une subvention du CRSH connexions pour un projet sur la violence infranationale en Amérique latine et les Caraïbes.

  • Amanda Holmes

    Professeure agrégée - Départment de Langues, Littératures et Cultures

    Amanda Holmes a obtenu son doctorat en littérature comparée à l’Université de l’Oregon en 2001. Elle a occupé un poste de professeur à l’Université McGill depuis lors, et a été présidente de la Chaire d’études hispaniques de 2008 à 2011 et directrice des études supérieures pendant cinq ans. La recherche de la professeure Holmes considère la littérature et du cinéma à travers le prisme de la théorie spatiale et, en particulier, les études urbaines. Ses livres ont examiné l’image de la ville d’Amérique latine dans la littérature et la culture, ainsi que les identités nationales et transnationales dans le film de l’Amérique latine. Elle travaille actuellement sur un projet sur la représentation de l’architecture dans le nouveau cinéma argentin.

  • Nora Jaffary

    Professeure associée - Département d'Histoire

    Nora Jaffary est historienne et ses recherches portent sur l’histoire sociale ainsi que de genre dans le Mexique colonial et du XIXe siècle. Elle écrit actuellement une histoire de la naissance et du contrôle des naissances au Mexique à partir de 1700-1900, dans laquelle elle traite de questions telles que l’adaptation de la médecine européenne au contexte mexicain, la persistance des techniques de sage-femme précolombiennes, les naissances monstrueuses, l’infanticide et l’avortement. Jaffary a reçu son doctorat à l’Université Columbia en 2000. Elle enseigne régulièrement des cours sur l’histoire coloniale et moderne de l’Amérique latine.

  • Violaine Jolivet

    Professeure adjointe - Département de Géographie

    Ses travaux portent sur les contextes urbains caribéens (La Havane, Santo Domingo, Port-au-Prince) et les phénomènes de latinisation des métropoles états-uniennes (Miami, New York). Les mobilités sont au cœur de ses recherches et favorisent l’étude des territoires urbains dans une approche relationnelle. L’ancrage territorial est analysé aussi bien à travers les trajectoires de vie des habitants que par l’analyse des territoires réticulés qu’ils pratiquent (médias, réseaux transnationaux) et leurs modes d’habiter. Les processus de territorialisation sont examinés à travers l’analyse des jeux de pouvoir et les stratégies des acteurs, leurs capacités à faire avec l’espace.

  • Jasmine Lopez

    Candidate à la maîtrise

    Je suis candidate à la maitrise de Science politique à l’Université de Montréal. J’ai également obtenu mon baccalauréat à l’Université de Montréal en Science politique, cheminement honor.  Dans le cadre de mon mémoire je travaille sur la participation des femmes au sein des mouvements de guérillas latino-américains et de l’influence de cette participation sur la construction du genre. De manière plus précise, je cherche à illustrer comment la participation des femmes au sein des mouvements de guérillas latino-américains redéfinit les normes de genres. De plus, je m’intéresse aux dynamiques de pouvoir, aux hiérarchies sexuées et aux enjeux intersectionnels.

  • José Jouve-Martin

    Professeur agrégé - Département de Langues, Littérature et Cultures

    José Jouve Martin est professeur agrégé et directeur du département de langues, littératures et culture à l’Université McGill. Il est l’auteur des livres Slaves of the Lettered City (2005) et The Black Doctors of Colonial Lima: Science, Race, and Writing in Colonial and Early Republican Peru (2014). Il a co-édité les volumes de The Constitution of the Hispanic Baroque (2008), From the Baroque to the Neo-Baroque: Cultural Realities and Cultural Transfers (2011), Contemporary Debates in Ecology, Culture, and Society in Latin America (2011) et Culture Policy and Cultural Markets in Latin America (2013). Il est également président de la Chaire d’Études d’Amérique latine et Caraïbes, programme interdisciplinaire d’études à l’Université McGill et membre de la SSHRC MCRI. groupes Baroque hispanique et formes de Conversion.

  • Juan-Luis Klein

    Professeur - Département de Sociologie

    Juan-Luis Klein (Ph.D.) est professeur titulaire au département de géographie et directeur du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES). Ses enseignements et travaux portent sur la géographie socioéconomique, l’économie sociale, le développement local et l’épistémologie de la géographie. Ses projets de recherche sont financés par le CRSH et le FRQ-SC, ainsi que par la Commission européenne. Il est auteur et co-auteur de plus d’une centaine de livres, de chapitres de livre et d’articles dans des revues scientifiques. Il est aussi responsable de la collection Géographie contemporaine des Presses de l’Université du Québec (PUQ).

  • Jean-Claude Kumuyange

    Candidat à la Maîtrise

    Jean-Clause est assistant adjoint à la coordination au groupe de recherche de l’Observatoire québécois de la démocratie (OQD) à l’université du Québec à Montréal. En travaillant longtemps auprès de plusieurs chercheurs, il acquit des compétences en recherche, ainsi qu’en analyse et dans le traitement des données.

  • Sonia Laszlo

    Professeure agrégée - Directrice associée de l'Institute for the Study of International Development (ISID) - Département des Sciences Économiques

    Sonia Laszlo est directrice associée de l’Institut pour l’étude du développement International. Ses principaux domaines de recherche couvrent de nombreux aspects de l’analyse microéconomique appliquée dans le développement économique : développement rural, l’accès aux marchés et la relation entre les revenus, de santé et d’éducation dans le développement économique. Prof. Laszlo a concentré la plupart de ses recherches sur l’Amérique latine et les Caraïbes, en particulier le Pérou et le Mexique. Elle est également un membre du Centre Interuniversitaire de Recherche en organisations (CIRANO) et l’analyse du Grupo para el Desarrollo (GRADE). En 2005 elle a co‐fondé et a depuis été membre exécutif de la Groupe canadien d’étude en développement économique (GCEDE), qui regroupe des économistes du développement universitaire et politique au Canada.

  • Catherine LeGrand

    Professeure agrégée - Département d'Histoire et Études Classiques

    Les recherches de Catherine LeGrand se concentrent sur l’histoire agraire, sociale et culturel de l’Amérique latine dans les 19e et 20e siècles et les aspects culturels des relations américaines et canadiennes avec l’Amérique latine. Elle a écrit sur l’impact des économies agricoles à l’exportation sur les régimes fonciers et des relations sociales dans les zones frontalières et sur les conflits ruraux. Elle a aussi publié sur l’historiographie des enclaves étrangères en Amérique latine, le droit et la citoyenneté en Colombie, la Violencia colombienne des années 1950 et le conflit en cours en Colombie. Elle étudie actuellement les connexions catholiques entre le Canada et l’Amérique latine ; les missionnaires du Québec au Honduras, en République dominicaine, au Chili et en Bolivie, et de la Nouvelle-Écosse, ainsi que le mouvement d’Antigonish en Amérique latine (1935-1980).

  • Charmain Levy

    Professeur - Département de Sciences Sociales - Université du Québec en Outaouais

    Contact 
    Telephone (819) 595-3900 poste 2337
    C-3336, Pavillon Alexandre-Taché
    283, boulevard Alexandre-Taché, Gatineau, Québec J9A 1L8
    Intérêts de recherche
    Brésil, Amérique latine, coopération internationale, développement international, mouvements sociaux, études urbaines, société civile et politique, démocratie participative, sociologie politique, religion, culture et identité.
    Extrait de publications 

    • Levy, Charmain. La cooperation conflictuelle: les mouvements sociaux et le Parti des Travailleurs dans l’ère post-Lula. Réformer le Brésil.Un bilan du PT au pouvoir (2003/2014)., (2014);
    • Levy, Charmain. Os movimentos sociais e os partidos politicos no Brasil . XXVIII Congrès latino-américain de sociologie, Recife, Brésil. (2011).
  • Fernanda Macchi

    Professeure agrégée - Département de Langues, Littérature et Cultures

    Le domaine d’études de Fernanda Macchi est la culture et la littérature de l’Amérique latine coloniale. Son livre Ilustrados Incas : reconstrucciones imperiales en la primera mitad del siglo XVIII examine les représentations de l’ancien empire andin et ses utilisations au cours d’une vague intense d’intérêt scientifique sur l’Empire inca qui a lieu sur les deux côtés de l’Atlantique. Son courant de recherche – financé notamment par les FQRSC-étudie la littérature espagnole de l’indépendance latino-américaine et des guerres à travers l’examen des débuts du XIXe siècle, les écrits de l’Inca Garcilaso de la Vega et les reconstructions littéraires et culturelles de la conquête à l’époque.