Recherche

Le RÉLAM démontre une capacité inédite de recherche interdisciplinaire sur les enjeux et les défis sociaux, politiques, économiques et historiques qui traversent la région latino-américaine et des Caraïbes. Nos chercheurs publient des études de premier plan sur la citoyenneté[1] et les processus de la troisième vague de démocratisation[2], notamment sur la démocratie participative[3], le clientélisme[4], la corruption[5] ou les liens entre les médias et la démocratie au niveau subnational[6].

Aire géographique caractérisée par ses importantes inégalités sociales, ethniques et de genre, leur compréhension est au cœur des travaux du RÉLAM, qu’ils s’agissent par exemple d’inégalités territoriales[7] ou de genre et d’orientations sexuelles[8]. Plusieurs chercheurs s’intéressent aux politiques étatiques visant leur réduction. Tant les politiques de développement[9] sont interrogées que les politiques de lutte contre la pauvreté[10], les politiques agro-alimetaires[11], les politiques reproductives[12] ou les politiques minières[13]. De plus, les effets de ces politiques sur l’environnement sont problématisés en remettant par exemple en question l’idée de « catastrophes naturelles »[14].

Face à ces inégalités, les acteurs sociaux s’organisent et luttent : objet de recherche de plusieurs membres du RÉLAM. Que ce soit dans une perspective historique anti-impérialiste[15] ou contemporaine, les enjeux de la nature des actions de résistances[16] sont abordés tout comme les initiatives d’économie sociale et solidaire[17] ou d’organisations du monde du travail[18], tels que les syndicats aux assises transnationales[19] et internationales[20]. Continent des mouvements sociaux[21], ceux-ci sont au cœur des intérêts de recherches du RÉLAM. Tant le mouvement sans terre au Brésil[22] est analysé que les mouvements sociaux urbains[23], paysans[24] et leur portée utopique[25]. Plus spécifiquement, des recherches portent sur les stratégies des mouvements autochtones face à l’extractivisme, par exemple en Colombie[26] et au Chili[27]. De fait, l’étude des cosmovisions autochtones, par exemple en Équateur[28] et au Mexique[29], ainsi que les organisations sociales et politiques propres au monde Andin[30] cimentent les recherches du RÉLAM. D’autres formes de résistances sont également passées au crible par le RÉLAM, telles que celles véhiculées par la culture populaire[31] et les rituels de mort et de vie[32].

Un autre problématique au cœur des recherches du RÉLAM est celle de la violence, autre trait proéminent de la région latino-américaine et des Caraïbes. Celle-ci est tant abordée depuis ses formes institutionnelles[33], démocratiques et répressives[34] qu’artistiques[35], de genre[36] ou propres au monde du travail[37]. Les effets des conflits armés se trouvent au premier plan des recherches du RÉLAM, tant comme enjeux létaux[38], de genre[39], de mémoire[40] ou de construction de la paix[41].

Basés à Montréal, les chercheurs du RÉLAM s’intéressent aux migrations latino-américaines en Amérique du Nord et plus spécifiquement au Canada et au Québec. Tant les migrations latino-américaines dans une perspective comparée[42] sont abordées que les conditions des travailleurs migrants[43], la question des droits humains[44] ou les liens entre migration et diversité[45]. De plus, les questions des migrations sont intimement liées aux questions urbaines, telle que la latino-américanisation de villes étatsuniennes[46] ou de construction d’identités urbaines[47].

Enfin, les chercheurs du RÉLAM produisent des recherches inédites dans les domaines des langues et de la littérature. Les défis de traduction[48], d’enseignement[49] ou d’ergatives[50] de l’espagnol latino-américain sont au centre des recherches. De plus, des chercheurs publient sur la littérature hispano-américaine, par exemple à l’heure du digital[51] ou comme instrument d’analyse de l’esclavage[52]. Pour finir, le théâtre[53] ou la poésie[54] sont des objets également présents dans les publications du RÉLAM.

_________________________________________________________________________________________

[1]Oxhorn, Philipps, Sustaining Civil Society: Economic Change, Democracy and the Social Construction of Citizenship in Latin America (University Park: The Pennsylvania State University Press, 2011; Montambeault, Françoise. 2016. «Participatory Citizenship in the Making? The Multiple Citizenship

Trajectories of Participatory Budgeting Actors in Brazil », Journal of Civil Society, 12(3): 282-298, 2016.

[2] Ducatenzeiler, Graciela. « Nouvelles approches à l’étude de la consolidation démocratique », Revue internationale de politique comparée, vol. vol. 8, no. 2, 2001, pp. 191-198.

[3] Montambeault, F. 2015. The Politics of Local Participatory Democracy in Latin America: Institutions, Actors and Interactions. Stanford University Press, 288 pages.

[4] Hilgers, Tina (ed). 2012. Clientelism in Everyday Latin American Politics. New York: Palgrave Macmillan.

[5] Balán, Manuel. “Surviving Corruption in Brazil: Lula and Dilma’s Success Despite Corruption Allegations and its Consequences.” Journal of Politics in Latin America, 6, 3, 67–93. 2014.

[6] Durazo-Herrmann, J. 2016. « Media and Subnational Politics: the Case of Bahia, Brazil », Democratization, DOI: 10.1080/13510347.2015.1101453.

[7] Coomes, O.T., Y. Takasaki and J.M. Rhemtulla. 2016. “Forests as landscapes of social inequality: tropical forest cover and land distribution among shifting cultivators”, Ecology and Society 21(3):2

[8] Carlos Figari, Queer Argie, American Quarterly Volume 66, Number 3, September 2014 pp. 621-63

[9] Hetherington, K. 2016. “Surveying the Future Perfect: Anthropology, Development and the Promise of Infrastructure”, in Infrastructures and Social Complexity: A Routledge Companion. Eds. Penny Harvey, Casper Bruun Jensen & Atsuro Morita. London: Routledge. (Fall 2016).

[10] Nagels, N. 2016. “The Social Investment Perspective, Conditional Cash Transfer Progammes and the Welfare Mix: Peru and Bolivia”, Social Policy and Society, vol. 15, num.3, pp. 479-493.

[11] Hetherington, K., 2013 « Beans Before the Law: Knowledge Practices, Responsibility, and the Paraguayan Soy Boom. » Cultural Anthropology 28:65-85.2013.

[12] Jaffary, Nora, Reproduction and Its Discontents in Mexico: Childbirth and Contraception from 1750 to 1905. Chapel Hill: University of North Carolina Press, 2016.

[13] Daviken Studnicki-Gizbert (2016) Canadian mining in Latin America (1990 to present): a provisional history, Canadian Journal of Latin American and Caribbean Studies / Revue canadienne des études latino-américaines et caraïbes, 41:1, 95-113.

[14] Gould, Kevin A., M. Magdalena Garcia, and Jacob AC Remes. 2016.  « Beyond natural-disasters-are-not-natural »: the work of state and nature after the 2010 earthquake in Chile. » Journal of Political Ecology 23: 94-114.

[15] Dorais, Geneviève, Missionary Critiques of Empire, 1920-1932: Between Interventionism and Anti-imperialism.” International History Review. 39:3 (2017). P. 377-403.

[16] Corten André, Catherine Huart et Ricardo Peñafiel (dir.), « L’interpellation plébéienne en Amérique latine. Violence, actions directes et virage à gauche », Québec, Karthala – Presses de l’Université du Québec.

[17] Tello Rozas, S. 2016. Inclusive innovations through social and solidarity economy initiatives: A process analysis of a Peruvian case study. Voluntas : International Journal of Voluntary and Nonprofit Organization, 27(1): 61-85, DOI: 10.1007/s11266-015-9606-y.

[18] Mayer, Jean François. (2016) “The Limits of Labor Legislation Reforms: Rigidity, Growth and Employment in Brazil (1995-2010)”, in the Journal of Politics in Latin America, Vol. 8, No. 1, pp. 95-127.

[19] Dufour-Poirier, M. 2016. « Les identités collectives au fondement de la solidarité syndicale transnationale : analyse de deux syndicats miniers du Pérou », Revue Travail, Capital et Société / Labour, Capital and Society (Canada), vol. 46. Accepté (sous presse).

[20] Thomas Collombat, 2014, The international labour movement and the Global Social Protection Floor, Global Social Policy, 14 (1), pp. 432-435.

[21] Marie-Christine Doran (2014) Religion and politics in land takeovers in Mexico: new dimensions of “classical ” social movements?, Canadian Journal of Latin American and Caribbean Studies / Revue canadienne des études latino-américaines et caraïbes, 39:1, 72-92.

[22] Martig, Alexis, 2014, La reconnaissance sociale et le Mouvement des Sans Terre du Brésil, Paris, l’Harmattan.

[23] Charmain Levy, Anne Latendresse, Marianne Carle-Marsan, Gendering the Urban Social Movement and Public Housing Policy in São Paulo  LATIN AMERICAN PERSPECTIVES, Issue 214, Vol. 44 No. 3, May 2017, 9–27.

[24] Catherine LeGrand, Colonización y Protesta Campesina en Colombia (1850-1950) (Bogotá: Universidad Nacional, 1988). Re-published by Ediciones Uniandes, with a prologue by Francisco Gutiérrez, Bogotá, 2016

[25] Ricardo Peñafiel « Espaces utopique, L’eutopie concrète de l’action transgressive », revue Tumultes (revue du Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques de l’université Paris Diderot-Paris 7), 2016/2 n° 47, 27-42.

[26] Celis L. (2016). Pueblos y territorios indígenas frente al extractivismo: la sobrevivencia de pueblos indígenas en peligro de extinción. Revista Pléyade e-ISSN 0719-3696. (18).

[27] Cuadra Montoya, X (2016). La revendication autochtone contre le projet hydro-électrique Neltume au Chili: Un regard décolonial sur les antagonismes sociaux. Cahiers du CIERA de l’Université du Laval, 13, 60-78.

[28] Eduardo Kohn, 2013, How Forests Think Toward an Anthropology Beyond the Human, University of California Press.

[29] Pierre Beaucage, 2009, Corps, cosmos et environnement chez les Nahuas de la Sierra Norte de Puebla : une aventure en anthropologieSociedad Agropecuaria del CEPEC. Taller de Tradición Oral., lux editeur.

[30] Hall, Ingrid, 2016 « Parole et hiérarchie dans les Andes du Sud du Pérou ». Autrepart, nᵒ 73 (29 juillet 2016): 89‑103.

[31] Eduardo González Castillo, Jorge Pantaleón, and Nuria Carton de Grammont, 2016, Politics, culture and economy in popular practices in the Americas, Montréal, Peter Lang.

[32] Norget, Kristin, 2006,   Days of Death, Days of Life: Ritual in the Popular Culture of Oaxaca. (NY: Columbia University Press).

[33] Hilgers, Tina, and Laura Macdonald (eds). Forthcoming 2017. Violence in Latin America and the Caribbean: Subnational Structures, Institutions, and Clientelistic Networks. New York: Cambridge University Press.

[34] Leila Celis, and William Avilés. (2017). Introduction: Democracy, Repression and the Defense of Human Rights. Latin American Perspectives.

[35] Carton de Grammont, Nuria. « Francis Alÿs et la géographie de la violence ». In Archée, Octobre 2012. archee.qc.ca/ar.php

[36] Patricia M. Martin & Nohora Carvajal (2016) Feminicide as ‘act’ and ‘process ’: a geography of gendered violence in Oaxaca, Gender, Place & Culture, 23:7, 989-1002.

[37] Jean François Mayer. (2017). Violência e Trabalho: o caso das empregadas domésticas no Brasil. In Tina Hilgers and Jorge Luiz Barbosa. (Eds.) A violência na América Latina e no Caribe – vista dos profissionais da luta em contra da violência. Observatorio das favelas, Rio de Janeiro, Brazil. : 123-147.

[38] Anctil, P. et Bolívar, J. (2014). Víctimas de Contaminación por Armas frente a la Ley 1448 de 2011: Avances, retos y dificultades, Revista Temas, 3(8), 107-122.

[39] Grimard, F. and S. Laszlo. 2014. « Long term effects of civil conflict on women’s health outcomes in Peru. » World Development Vol. 54: 139-155.

[40] Cynthia E. Milton, Conflicted Memory: Military Cultural Interventions in Human Rights Era Peru, Madison: University of Wisconsin Press (in production, expected December 2017).

[41] Nathalie Gravel & Nicolas Foucras Tournaud (2015) Vers une paix durable au Mexique, Canadian Journal of Latin American and Caribbean Studies / Revue canadienne des études latino-américaines et caraïbes 40:2, 154-156.

[42] Armony, Victor (dir.) (2014) : New Horizons: Latin American Immigrants in Canada, Israel, and Spain, numéro spécial de Canadian Ethnic Studies (Association canadienne d’études ethniques), vol. 46, nº 3.

[43] Jorge Pantaleón, Mise en valeur, conversions et reconversions monetaires: les cycles des travailleurs agricoles saisonniers étrangers au Quebec, Altérités, vol. 8 , no 1, 2011 : 89 – 101.

[44] Duhaime, B., et C.Campbell-Duruflé (dir.), « Defending the Human Rights of Migrants in the Americas : The Nadège Dorzema et al v Dominican Republic Case », (2013) Hors Série de la Revue Québécoise de Droit International

[45] Armony, V. 2015. « Diverging Policy Approaches to Diversity in a Bi-National Country: The Case of Canada », Fédéralisme – Régionalisme (Université de Liège), vol. 15.

[46] JOLIVET V. (2015) Miami la cubaine. Géographie d’une ville-carrefour entre les Amériques, Presses Universitaires de Rennes, coll. Géographie sociale, (272 p.)

[47] Cultures of the City: Mediating Identities in Urban Latin/o America. Co-edited with Richard Young. Pittsburgh: University of Pittsburgh Press, 2010.

[48] Bastin Georges L. H. Buzelin, M.A. Belle, A. Echeverri, C. Gagnon et S. Vandaele) (dirs) (2015). Les horizons de la traduction : retour vers le futur, META vol. 60, nº 2

[49] Uribe, C., Cedergren, H. et Payeras, J. (2014). Les effets de l’enseignement des phénomènes d’enchaînement sur la production orale des élèves dans un cours d’espagnol langue étrangère au Québec. The Canadian Modern Language Review / La revue canadienne des langues vivantes 70(4), p. 559-587.

[50] 2013 – Jessica Coon. Aspects of Split Ergativity. New York: Oxford University Press

[51] Ferrer, C. (2014). El canon literario hispanoamericano en la era digital. Humanidades Digitales: desafíos, logros y perspectivas de futuro, 185–195.

[52] José Jouve-Martin Esclavos de la ciudad letrada: esclavitud, escritura y colonialismo en Lima (1650-1700). Lima: Instituto de Estudios Peruanos, 2005. 206 pp.

[53]Katherine Zien, “A Future in the Present: The Theatre of Raúl Leis,” Contemporary Theatre Review, 2013.

[54]Roberto Viereck, La Voz Letrada: de la Escritura a la Oralidad (Seis Entrevistas a Poetas Indígenas Latinoamericanos). Quito: Abya Yala, 2012.