UQAM

  • Victor Armony

    Professeur Département de Sociologie UQÀM

    Victor Armony est professeur titulaire au Département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal, ainsi que co-directeur de l’Axe « Démocratisation, pratiques citoyennes et collectivités minoritaires » au Centre de recherches interdisciplinaires sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ). Il a été directeur de l’Observatoire des Amériques (2008 à 2013), rédacteur en chef de la Revue canadienne d’études latino-américaines et caraïbes (2004 à 2011) et analyste politique et économique pour la section latino-américaine de Radio Canada International (2009 à 2012). En 2011-2012, il a été Senior Fellow au Center for North American Studies (American University, Washington, DC) et titulaire de la Chaire invitée de recherche Fulbright en études politiques (Department of Government, University of Texas). Il est l’auteur de plusieurs livres, dont Le Québec expliqué aux immigrants (VLB Éditeur, 2007; réédité en 2012; traduit en allemand en 2010 et en espagnol en 2013) et L’énigme argentine (Athéna, 2004). Il a co-édité, avec Stéphanie Rousseau, l’ouvrage Diversidad cultural, desigualdades y democratización en América Latina (Éditions Peter-Lang, 2012). Il mène actuellement une recherche sur la population d’origine latino-américaine au Canada.

  • Leila Celis

    Professeure - Département de Sociologie

    Leila Celis détient un doctorat en études politiques de l’Université d’Ottawa (2013), et une maîtrise en sciences politiques de l’Université du Québec à Montréal (2008). Ses recherches portent sur les mouvements sociaux (femmes, paysans, autochtones et afrodescendants), la violence, les droits humains et l’Amérique latine, à travers une approche interdisciplinaire puisant dans l’économie politique, la sociologie historique et les théories féministes. Leila Celis est directrice du Centre de recherche sur les imaginaires (CRI), membre du Groupe de recherche sur les imaginaires politiques de l’Amérique latine, de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF).

  • Geneviève Dorais

    Professeure Département d'Histoire UQÀM

    Geneviève Dorais est professeure d’histoire de l’Amérique latine à l’Université du Québec à Montréal depuis décembre 2014. Elle a complété son doctorat en histoire de l’Amérique latine à l’Université du Wisconsin – Madison (2014). Ses intérêts de recherche portent principalement sur l’histoire transnationale des Amériques (XIXe – XXe siècles), avec une attention particulière pour l’histoire sociopolitique et intellectuelle du Pérou et du Mexique au siècle dernier. Intitulée « Indo-America and the Politics of APRA Exile, 1918-1945 », sa thèse retrace l’expérience de l’exil politique et de la persécution d’état au Pérou telle que vécue par les membres de l’Alliance Populaire Révolutionnaire Américaine (APRA). Conjuguant différents niveaux d’analyse historique, alternant notamment entre des approches micro et transnationale, Dorais s’interroge, plus largement, sur les motivations d’acteurs non étatiques à développer des projets d’intégration continentale.

  • Bernard Duhaime

    Professeur - Département de Droit

    Bernard Duhaime est professeur de droit international à la Faculté de Sciences politiques et de Droit de l’Université du Québec à Montréal (UQAM, à Montréal au Canada). Il enseigne principalement le droit international des droits humains et se spécialise dans le Système interaméricain de protection des droits de la personne. Il est également membre du Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires, se rapportant au Conseil des Droits de l’Homme de l’Organisation des Nations Unies. Auparavant, M. Duhaime était avocat à la Commission interaméricaine des Droits de l’Homme de l’Organisation des États Américains. Il est membre du Barreau du Québec au Canada.

    Le Pr. Duhaime contribue à la promotion et la défense des droits humains depuis 1996. Il a travaillé ou collaboré avec diverses agences internationales et nationales de défense des droits de la personne, prenant part à de multiples missions d’observation et de formation sur le terrain et produisant de nombreux rapports institutionnels. Il conseille ou a conseillé plusieurs organisations de défense des droits de la personne et des peuples autochtones, avocats et défenseurs des droits humains, organisations internationales et États. Il représente ou assiste régulièrement des victimes et défenseurs des droits de la personne dans le cadre d’affaires contentieuses devant le Système interaméricain de protection des droits de l’Homme, les agences et mécanismes spécialisés de l’ONU, la Cour européenne des droits de l’Homme, etc.

  • Julián Durazo Herrmann

    Professeur - Département de Sciences Politiques

    Julián Durazo Herrmann est professeur de politique comparée des Amériques au Département de Science Politique de l’UQAM depuis juin 2007. Il détient un Doctorat en science politique de l’Université McGill à Montréal. Ses recherches portent sur la politique subnationale en Amérique latine, le néopatrimonialisme et les problèmes des consolidations démocratiques à partir d’une analyse des rapports État-société. Présentement, il étudie les cas spécifiques de Bahia, au Brésil, et d’Oaxaca, au Mexique. En 2013, il publiait Réflexions sur le centenaire de la Révolution mexicaine. Un siècle bigarré aux Presses de l’Université du Québec.

  • Carolina Ferrer

    Professeure Département d'Études Littéraires

    Carolina Ferrer est professeure agrégée au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada. Ses recherches portent sur la littérature et la culture hispano-américaines, les dynamiques culturelles, les humanités numériques, les aspects sémiotiques des systèmes d’information documentaire, les études cinématographiques, l’épistémocritique. En 2008, elle a inauguré le groupe de recherche Babel Borges (www.babelborges.org), qui a pour but l’étude de la propagation de l’œuvre de Jorge Luis Borges dans la culture. Depuis 2011, elle dirige le projet Magellan, qui s’insère dans les humanités numériques et dont le but est d’examiner un champ particulier, celui des études littéraires sur les lettres hispano-américaines. Elle a coédité, avec Lucille Beaudry et Jean-Christian Pleau, le volume : Art et politique. La représentation en jeu (Québec: Presses de l’Université du Québec, 2011). Elle a aussi publié des articles sur le réalisme magique, la littérature fantastique, le boom du roman hispano-américain et sur plusieurs auteurs, tels que Borges, Bolaño, Cortázar, Dorfman, Franz, Manns, Peri Rossi, Piglia, Rey Rosa et Thays.

  • Juan-Luis Klein

    Professeur - Département de Sociologie

    Juan-Luis Klein (Ph.D.) est professeur titulaire au département de géographie et directeur du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES). Ses enseignements et travaux portent sur la géographie socioéconomique, l’économie sociale, le développement local et l’épistémologie de la géographie. Ses projets de recherche sont financés par le CRSH et le FRQ-SC, ainsi que par la Commission européenne. Il est auteur et co-auteur de plus d’une centaine de livres, de chapitres de livre et d’articles dans des revues scientifiques. Il est aussi responsable de la collection Géographie contemporaine des Presses de l’Université du Québec (PUQ).

  • Nora Nagels

    Professeure Départment de Sciences Politiques UQAM

    Nora Nagels est professeure en Développement et Coopération internationale au département de science politique de l’Université du Québec à Montréal depuis juillet 2014. Précédemment, elle a effectué deux stages postdoctoraux à l’Université de Montréal. Le premier financé par le Fonds national Suisse de la recherche scientifique, à la Chaire de recherche du Canada en citoyenneté et gouvernance, portait sur la question du genre et de la diffusion des programmes de transferts conditionnés en Amérique latine. Le deuxième, effectué au Centre d’Études et de Recherches Internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM), s’interrogeait sur les rapports sociaux de sexe propres à la diffusion d’un paradigme de développement post néolibéral en Amérique latine. Elle a obtenu son doctorat en études du développement à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève en 2013. Sa recherche doctorale s’intitule «Genre et politiques de lutte contre la pauvreté au Pérou et en Bolivie: quels enjeux de citoyenneté?». A partir d’une méthodologie qualitative d’analyse de discours, elle y confronte les représentations sociales des femmes pauvres afin d’accéder aux référentiels des politiques sociales de ces deux pays tout en les resituant dans un cadre plus large de la citoyenneté.

  • Jessica Payeras-Robles

    Professeure associée - Département de communication sociale et publique

    Jessica Payeras a un brevet d’enseignement et un master et doctorat en linguistique de l’Université du Québec à Montréal. Depuis 2001, elle est professeur à temps plein du département d’espagnol comme langue étrangère. Elle a travaillé sur les programmes de réforme, création de cours, apprentissage et pédagogique des projets et étudiant des échanges. Elle est dédiée aux projets d’enseignement et de recherche en linguistique appliquée et de l’éducation interculturelle à l’école de la Communication, où elle est également professeure agrégée.

  • Ricardo Peñafiel

    Chercheur Département de Sciences Politiques UQÀM

    Ricardo Peñafiel est chercheur et membre fondateur du GRIPAL (Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine) et chercheur post-doctorant invité à IEDES (Institut d’études du développement économique et social / Paris 1-Panthéon-Sorbonne). Il collabore également aux travaux de nombreux réseaux et équipes de recherches dont ceux du REASOPO (Réseau européen d’analyse des sociétés politiques) et du Centre d’études et de recherches internationales (CÉRI-Sciences po. / IEP-Paris).

  • Chiara Piazzesi

    Professeure - Département de Sociologie

    Chiara Piazzesi est, depuis 2013, professeure au Département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal. Chercheure post-doctorale en Italie, Allemagne et aux Etats-Unis, elle a enseigné en Europe, en Amérique Latine et au Canada. En 2010 elle a été professeure invitée à la Pontifícia Universidade Católica do Paraná. Depuis ce séjour, elle entretient des relations de collaboration et d’échange avec plusieurs universités brésiliennes.Formée en philosophie, sociologie et anthropologie, Chiara Piazzesi a étudié à l’École Normale Supérieure de Pise et à l’Université de Pise. En 2005 à l’Université du Salento (Italie), elle a soutenu une thèse sur les théories philosophiques et sociologiques qui, au 20e siècle, ont établi une relation entre pouvoir et processus d’accoutumance. Cet intérêt pour la dynamique entre dispositions individuelles incorporées et structures sociales de domination, avec une attention particulière aux rapports sociaux de sexe, était déjà au cœur de sa monographie Habitude et pouvoir : de Pascal à Bourdieu (2003). En 2003 elle a également publié une recherche sur le lien entre la philosophie de Friedrich Nietzsche et la littérature française de la décadence (Nietzsche : physiologie de l’art et de la décadence). En 2009 elle a publié une recherche sur le statut épistémologique et éthique de la croyance religieuse chez des philosophes modernes et contemporains (La vérité comme transformation de soi : Thérapies philosophiques chez Pascal, Kierkegaard et Wittgenstein). Depuis 2008, elle s’est consacrée à un projet de recherche sur les formes et les langages de l’amour érotique dans l’Occident contemporain. En 2009 elle a reçu le premier prix du concours du Forschungsinstitut für Philosophie d’Hanovre pour un essai philosophique sur le thème de l’amour. En 2014 elle a dirigé un numéro de la revue Sociologie et sociétés autour du thème Formes d’intimité et couples amoureux. Un volume collectif sur l’amour érotique paraitra en 2014 sous sa direction (en collaboration avec Antonella Balestra).

  • Maria Carmen Rico de Sotelo

    Professeure associée - Département de communication sociale et publique

    Maria Carmen Rico détient un doctorat en sciences de l’Information), elle est professeure au département de communication sociale et publique à l’UQÀM. Elle a auparavant été doyen et directeur des relations internationales de la faculté de Communication de l’Université catholique d’Uruguay. Elle s’intéresse particulièrement à la communication internationale, communication pour le développement, en particulier en Amérique latine et Afrique, nouvelles technologies, ainsi que communication et santé. Elle agit comme consultante en communications pour la stratégie de la santé, en particulier avec le Centre de recherches pour le développement International (CRDI) du Canada.

  • Sonia Tello Rozas

    Professeure - École des sciences de la gestion (ESG UQAM)

    Sonia Tello Rozas est professeur d’entreprises sociales et collectives à l’école de gestion (ESG UQAM). Elle est titulaire d’un doctorat en économie appliquée de HEC Montréal et sa recherche examine les questions liées aux acteurs sociaux en particulier comment surmonter l’État et défaillances, du marché en utilisant aussi bien quantitative (analyse économétrique principalement) et les méthodes qualitatives. Elle possède une excellente connaissance du contexte d’Amérique latine où elle a étudié plusieurs cas. Ses travaux de recherche fournissent des leçons et des conseils pour les processus décisionnels politiques publiques et des acteurs sociaux qui cherchent à lancer des projets de développement impliquant les communautés locales.

  • Nancy Thede

    Professeure - Département de science politique

    Nancy Thede, professeure de relations internationales au département de science politique de l’UQAM depuis 2004, est anthropologue de formation et titulaire de la Chaire Nycole-Turmel sur les espaces publics et les innovations politiques depuis 2008. Ses recherches portent sur les rapports Nord-Sud, le développement international, et les mouvements sociaux et identitaires en Amérique latine, et les réformes visant la démocratisation de la participation politique. Deux volumes sous sa direction sont présentement sous presse, à savoir: Hybridités politiques. Trajectoires inattendues de la démocratisation locale chez Karthala, et Amérique latine, laboratoire du politique autrmenet, en co-direction avec Mélanie Dufour-Poirier, chez les PUQ.