Université De Montréal

  • Georges Bastin

    Professeur - Département de Linguistique et Traduction

    Responsable du Groupe de recherche HISTAL – Histoire de la traduction en Amérique latine. Georges Bastin s’intéresse à tout ce qui touche la traduction en Amérique latine, en particulier au Venezuela. Les thèmes privilégiés sont l’indépendance, la presse ancienne et les activités langagières des Franciscains et des Jésuites. En pédagogie, ce sont les aspects de la réexpression qui occupent sa réflexion, soit la traduction en tant qu’activité onomasiologique. Il travaille notamment sur les techniques de rédaction et d’autorévision. En théorie, Georges L. Bastin s’intéresse plus particulièrement aux interventions délibérées du traducteur, comme l’adaptation et l’appropriation.

  • Pierre Beaucage

    Professeur Émerite - Département d'Anthropologie

    Professeur émérite au Département d’anthropologie de l’Université de Montréal, Pierre Beaucage s’intéresse à l’anthropologie économique et au développement, de même qu’à l’ethnoscience et aux mouvements autochtones. Il a publié plusieurs articles dans ces domaines, au Québec, au Mexique et en Espagne. Il a dirigé récemment, (en coll. avec Deirdre Meintel) la publication d’un numéro spécial Religion, conversion et politique, Anthropologica Vol 49 (no 1) 2007, et un livre (avec Martin Hébert : Images et langages de la violence en Amérique latine (Presses de l’Université Laval, sous presse). Plusieurs de ces publications ont été faites en collaboration avec le Taller de Tradicià³n Oral, équipe de jeunes chercheurs nahuas de San Miguel Tzinacapan, Puebla, dont deux livres : Maseualxiujpajmej / Plantas medicinales indigenas (1988) ; Les oiamos decir a los abuelos (1994). Il a dirigé la traduction et réédition du livre de Marius Barbeau : La mythologie huronne et wyandotte (1994). Il a également travaillé sur les thèmes de l’ethnohistoire et de l’ethnoscience nahuas. Membre du Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL), il est présentement professeur invité à l’Université de Grenade.

  • Graciela Ducatenzeiler

    Professeure titulaire - Département de Sciences Politiques

    Spécialisée en politique comparée, ses recherches et enseignements portent principalement sur l’Amérique latine. Graciela Ducatenzeiler (doctorat, Paris) s’intéresse aux régimes politiques et au populisme du Cône sud-américain. Elle a été directrice scientifique adjointe du CÉRIUM et professeure invitée à plusieurs universités comme l’Institut d’Études Politiques de Paris, l’Institut d’Études Supérieures d’Amérique Latine où elle a présidé la chaire Alfonso Reyes et l’Institut d’Études Politiques de l’Université de Bologne.

  • Mélanie Dufour-Poirier

    Professeure associée - École de relations industrielles

    Titulaire d’un doctorat en administration de HEC Montréal, Mélanie Dufour-Poirier est professeure adjointe en relations du travail à l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal. Elle est également co-chercheure affiliée au Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail (CRIMT) et au Groupe d’étude sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP). Ses intérêts de recherche et son enseignement portent principalement sur le renouveau de la représentation collective et syndicale, la transformation de l’action et des identités syndicales, les aspects sociaux de la mondialisation, les coalitions syndicales, ainsi que les études comparatives dans le domaine des relations industrielles. Des travaux de recherche précédents et actuels l’ont menée à se pencher sur l’industrie des mines et de la métallurgie dans plusieurs pays dont le Canada, le Chili, le Mexique, le Pérou et les Philippines.

  • Philippe Faucher

    Professeur associé - Département de Sciences Politiques

    Ses enseignements portent sur les questions de politiques économiques et de mondialisation. Il s’intéresse aux grandes organisations économiques internationales telles que l’OMC, la Banque Mondiale, le FMI et le G8/G20. En plus des questions de politiques économiques internationales, il s’intéresse de près aux régimes politiques de l’Amérique latine et tout particulièrement à celui du Brésil. Ses recherches actuelles portent sur les institutions politiques en lien avec les processus de développement, sur les politiques macro-économiques des pays émergents et sur la rente pétrolière comme facteur d’instabilité économique et politique.

  • Kathryn Furlong

    Professeure adjointe - Département de Géographie

    Son programme de recherche concentre autour des enjeux courants de la gestion et la gouvernance de l’eau. Elle se préoccupe surtout des conséquences sociales et environnementales qui en découlent, l’effet des restructurations politicoéconomiques, et les liens avec les défis de la gouvernance municipale. Ces recherches rallient ainsi les disciplines des géographies économique, urbaine et de l’environnement tout en se penchant sur de nombreux enjeux liés à la gouvernance, à la règlementation, à la prestation des services municipaux, aux réseaux sociotechniques et aux liens entre la société et l’environnement. Les projets de recherches courantes portent sur les sociétés municipales pour la prestation des services en eau à la Colombie et aux Pays-Bas, sur les modèles de gestion de service au Canada, la gestion des infrastructures dans un contexte sociotechnique, les problèmes de qualité en eau potable, et les projets qui cherchent à améliorer l’accès aux services en eau potable en Colombie.

  • Ingrid Hall

    Professeure adjointe - Département d'Anthropologie

    La gestion des ressources naturelles est au cœur de mes préoccupations depuis plus de 10 ans. Quelle que soit la ressource, la terre, l’eau ou maintenant la diversité biologique de la pomme de terre, je m’intéresse à la façon dont les pratiques (gestion, techniques et savoir-faire) permettent de mieux comprendre les rapports des hommes entre eux, et ceux qu’ils établissent avec leur environ- nement. Mes travaux portent sur la nature du lien social qui unit les membres de la communauté paysanne où j’ai réalisé mon travail de terrain (District de Calca, région de Cusco, Pérou). Cette unité administrative étant le fruit de recompositions sociales et territoriales suite à la réforme agraire de 1969, j’ai reconstitué le processus de genèse du groupe social qui y correspond désormais. Au terme de cette analyse, il est apparu que la communauté légalement consituée a pris véritablement corps d’un point de vue sociologique et anthropologique en un laps de temps relativement court suite à une réforme du statut légal des communautés. La gestion de la terre et de l’eau apparaissant être les deux piliers sur lesquels ce processus de genèse a  » pris « , ce cas permet de penser autrement les communautés paysannes contemporaines, trop souvent appréhendées comme des rémanences du passé préhispanique.

  • Violaine Jolivet

    Professeure adjointe - Département de Géographie

    Ses travaux portent sur les contextes urbains caribéens (La Havane, Santo Domingo, Port-au-Prince) et les phénomènes de latinisation des métropoles états-uniennes (Miami, New York). Les mobilités sont au cœur de ses recherches et favorisent l’étude des territoires urbains dans une approche relationnelle. L’ancrage territorial est analysé aussi bien à travers les trajectoires de vie des habitants que par l’analyse des territoires réticulés qu’ils pratiquent (médias, réseaux transnationaux) et leurs modes d’habiter. Les processus de territorialisation sont examinés à travers l’analyse des jeux de pouvoir et les stratégies des acteurs, leurs capacités à faire avec l’espace.

  • Patricia Martin

    Professeure agrégée Département de géographie Université de Montréal

    La recherche de Patricia Martin est axée sur la violence politique au Mexique. Elle étudie le sujet `travers deux projets différents et empiriquement complémentaires. Le premier projet cherche à comprendre les manifestations locales de la Guerre Sale au Mexique dans les années 1970, et l’impact de la violence sur les mobilisations sociales et populaires. Dans son deuxième projet elle explore le sujet de la violence sociale et politique envers les femmes au Mexique, à travers l’étude des féminicides dans l’État d’Oaxaca au sud du Mexique. Ce projet cherche à identifier et analyser le phénomène de la violence genrée et de la réaction de l’État envers celle-ci.

  • Cynthia E. Milton

    Professeure agrégée Département d'Histoire Canada Research Chair in the History of Latin America Université de Montréal

    Titulaire de recherche du Canada en histoire de l’Amérique latine, Cynthia E. Milton travaille sur l’histoire de la région andine, particulièrement sur les représentations historiques de la violence durant la période contemporaine du Pérou, ainsi que sur les perceptions de la pauvreté en Équateur à l’époque coloniale. Ses recherches actuelles portent sur l’art produit à la suite d’une période de violence. Elle est présentement titulaire d’une bourse de recherche d’Alexander Von Humboldt (2011-2014) destinée aux chercheurs expérimentés, professeure associée et titulaire de la Chaire de recherche du Canada au département d’histoire de l’Université de Montréal.

     

  • Françoise Montambeault

    Professeure adjointe Département de Sciences Politiques Université de Montréal

    Françoise Montambeault est professeure adjointe au département de science politique de l’Université de Montréal depuis 2011. Diplômée du doctorat en science politique de l’Université McGill en 2009, elle a ensuite effectué un stage postdoctoral au Watson Institute for International Studies de Brown University (Providence, RI, USA). Ses recherches actuelles portent sur trois grands thèmes: la démocratie participative locale et la citoyenneté en Amérique latine (FRQSC), le clientélisme et la politique informelle, et la délibération comme mécanisme de résolution de conflits entre les communautés autochtones et non-autochtones (CRSH Développement Savoir). Ses recherches ont principalement porté sur les cas du Mexique et du Brésil. Elle a publié plusieurs chapitres de livre dans des ouvrages collectifs et des articles scientifiques, notamment dans Latin American Politics & Society, Journal of Civil Society, Politiques et Sociétés, et Participations. Elle travaille présentement sur son manuscrit de livre The Politics of Local Participatory Democracy in Latin America. Elle enseigne des cours à l’UdeM portant sur la démocratisation, le développement international, et l’Amérique latine.

  • Claude Morin

    Professeur honoraire - Département d'Histoire

    Claude Morin étudie l’Amérique latine depuis 1967, faisant du terrain dans des dizaines de pays. Il se considère avant tout comme un généraliste, intéressé par toute l’épaisseur du passé latino-américain des civilisations précolombiennes jusqu’à nos jours. Ses œuvres se concentrent sur l’histoire sociale (avec une forte composante démographique) et histoire économique (relatif à la ruralité et le développement) et l’histoire politique (dans sa dimension géopolitique avant tout).

  • Jorge Pantaleon

    Professeur agrégé Département d'Anthropologie Université de Montréal

    La recherche de Jorge Pantaleon se concentre sur la migration mexicaine en Amérique du Nord ; la socio anthropologie des pratiques et des performances économiques dans le monde contemporain ; cultures et sociétés de l’Amérique latine contemporaine. Il a obtenu un doctorat au Musée National de l’em Pós-Graduaçao Antropologia Social de l’Universidade Federal Rio de Janeiro.