Étudiants

  • Rubens Lima Moraes

    Rubens Lima Moraes est un candidat au doctorat en science politique à l’Université Concordia. Il détient une maîtrise en politique et administration publique à l’Université de l’État de Santa Catarian (UDESC – Florianópolis, Brazil). Sa thèse de doctorat s’intéresse aux processus à travers lesquels le savoir est produit au sein des institutions participatives gouvernant les ressources naturelles en Amérique Latine. Il observe la gouvernance et la gestion de l’eau dans deux villes Brésiliennes. Rubens a également fait des recherches sur les mouvements sociaux contre la corruption et sur leur impact sur la réforme des lois afin de prévenir la corruption électorale. Il a publié ses travaux dans plusieurs journaux, notamment VOLUNTAS – la revue internationale des organisations bénévoles et à but non lucratif.

  • Anna Calderon

    Candidate à la Maîtrise

    Anna est étudiante en Maîtrise en politique publique et d’administration publique à l’université Concordia. Anna a fait ses études de premier cycle en Science Politique à Concordia et en Criminologie à l’université Simon Fraser. Sa recherche actuelle se concentre sur le travail informel à Lima, Pérou, plus précisément, son memoire est titulé « Everyday Resistance of Domestic Workers in Lima ». Anna est aussi coordinatrice du Lab for Latin American and Caribbean Studies (LLACS) à Concordia et directrice executive de Say Ça! Cercle de soutien aux étudiants réfugiés et nouveaux arrivants.

  • Naomie Léonard

    Candidate à la Maitrise

    Naomie Léonard est bachelière du programme de Communication, politique et société de l’Université du Québec à Montréal, programme qu’elle a terminé à l’Université Libre de Bruxelles. Elle détient également un certificat en Études féministes et étudie aujourd’hui à la maîtrise en science politique à l’UQAM avec la concentration en études féministes de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF). Son parcours académique et personnel l’a mené à s’intéresser au rôle de la territorialité dans le processus de subjectivation politique chez les femmes autochtones au Costa Rica. Représentante étudiante du deuxième cycle sur le Conseil de l’IREF, elle s’implique également au sein du Collectif Femmes aux cycles supérieurs et est membre de l’exécutif de l’Association étudiante des cycles supérieurs en science politique.

    Intérêts de recherche : Féminismes, épistémologies décoloniales, éthiques féministes, luttes autochtones, territorialités, extractivisme, autodétermination, citoyenneté, subjectivation politique, mouvements sociaux, résistances, développement international

  • Guillaume Ambroise

    Candidat à la maîtrise

    Ambroise Guillaume a une formation initiale en anthropologie et sociologie de l’Université d’État d’Haïti. Il est diplômé en sociologie et science politique de l’Université du Québec à Montréal. Il s’intéresse à la sociologie politique et historique. Dans le cadre de son mémoire de maitrise, il travaille sur le processus de démocratisation en Haïti enclenché depuis 1986.

  • Priscyll Anctil Avoine

    Candidate au doctorat

    Priscyll Anctil Avoine est doctorante à l’Université du Québec à Montréal en science politique avec concentration en études féministes et elle est boursière Vanier-Banting. Elle a complété sa maîtrise en Études internationales sur la Paix, les conflits et le développement à l’Universitat Jaume I en Espagne pour laquelle elle a reçu une bourse du FRQSC pour son mémoire portant sur l’implication politique des femmes kamikazes à partir d’une approche genrée. Sur le plan professionnel, elle a été assistante de recherche à l’Université Laval (Canada) et à l’Université de Bradford (Angleterre) puis, professeure et chercheure dans deux universités colombiennes : l’Universidad Santo Tomás et l’Universidad Industrial de Santander. En Colombie, elle a également réalisé du travail de terrain dans différentes zones affectées par le conflit armé surtout au regard des effets de la Contamination par les Armes sur la population civile. Ses intérêts de recherche se centrent sur les femmes ex-combattantes, la construction de la paix et la théorie décoloniale. Elle est très impliquée dans les activités de l’ONG Corporación Descontamina, travaillant pour l’action nonviolente, la diversité de genre et la construction de la paix. Actuellement, ses recherchent portent sur les femmes en processus de réintégration à la vie civile dans le contexte du conflit armé colombien.

  • Marc-André Anzueto

    Chercheur postdoctoral

    Marc-André Anzueto détient un doctorat en science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Dans le cadre de ce doctorat, il a été boursier du Programme d’études supérieures du Canada Joseph-Armand-Bombardier (CRSH), chercheur invité à la Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales (FLACSO-Guatemala) et boursier doctoral au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM). Ses travaux portent sur la sécurisation des droits humains en politique étrangère du Canada en Amérique latine, en particulier les pays en situation de post-conflit. Ses recherches sur les droits humains et les enjeux de la diplomatie canadienne au Guatemala au XXIe siècle ont notamment été publiées dans Latin American Perspectives, Canadian Foreign Policy Journal, Études internationales et la Revue québécoise de droit international.

  • Leonardo Barros Soares

    Candidat au doctorat

    Leonardo Barros Soares est titulaire d’un baccalauréat en psychologie (Université Fédérale du Ceará, 2008), d’une maîtrise en science politique (Université Fédérale du Minas Gerais, 2013) et est présentement candidat au doctorat en science politique dans la même université au Brésil. Il est membre actif du Projet Démocratie Participative (Participatory Democracy Project – PRODEP/UFMG). Ses intérêts de recherche se résument aux études sur le pouvoir local, les politiques autochtones, les études comparatives, les études latino-américaines et les revendications territoriales des autochtones. Il travaille actuellement sur une comparaison transnationale du rôle de la participation autochtone dans les politiques de reconnaissance des revendications territoriales au Brésil et au Canada. Il a reçu plusieurs bourses de la  Deutscher Akademisher Austauschdienst (DAAD/Germany) ainsi qu’un prix du programme Emerging Leaders in the Americas Program (ELAP/Canada) en 2015, dans le cadre duquel il a passé quelques mois au sein du Centre de recherche sur les politiques et le développement social (CPDS) de l’Université de Montréal.

  • Virginie Belony

    Candidate au doctorat

    Virginie Belony est une étudiante au doctorat à l’Université de Montréal. Elle a obtenu une maîtrise en histoire de la même université. Dans ses études de deuxième cycle, elle s’est principalement intéressée à l’expansionnisme américain en Amérique latine au tournant du dernier siècle et à l’internationalisme noir durant l’entre-deux-guerres. Son travail de maîtrise a exploré les diverses réactions de l’Association nationale pour l’avancement des gens de couleur (NAACP) à l’occupation américaine d’Haïti centrée sur l’intervalle de 1915 à 1922. Ses recherches actuelles portent sur les questions de mémoires contestées après des périodes de violence étatique et sur la mémoire collective dans des espaces diasporiques. Sa thèse temporairement intitulée « Mémoires du duvaliérisme dans la diaspora haïtienne de Montréal (1986-2014), » examinera les mémoires de l’époque Duvalier dans la communauté haïtienne de Montréal.

  • Carlos Bracamonte Ruiz

    Candidat au doctorat

    Carlos Bracamonte Ruiz est candidat au doctorat à l’Université de Montréal et il travaille sur un projet intitulé « Mémoire des conflits armés internes au Pérou: le cas des universitaires du Mouvement pour les droits de l’homme et des droits de l’homme (MOVADEF) ». Il a un maîtrise en études hispaniques. Il est également journaliste, il a travaillé à l’Instituto Prensa y Sociedad (IPYS) et est présentement membre du centre journalistique Convoca.pe.

  • Andréanne Brunet Bélanger

    Candidate à la Maîtrise

    Andréanne Brunet Bélanger est actuellement étudiante à la maîtrise en science politique à l’Université du Québec à Montréal. Elle s’intéresse au processus des transferts juridiques dans le cadre de l’élaboration des législations internes en droit du travail  pour les travailleuses des maquiladoras au Mexique. Plus généralement, Andréanne a développé un intérêt pour le chevauchement entre les sphères juridique et politique, ainsi que pour la critique féministe du droit. Avant d’entamer des études à la maîtrise, elle a réalisé un baccalauréat en relations internationales et droit international à l’UQAM.

  • Romain Busnel

    Candidat au doctorat

    Romain Busnel est candidat au doctorat en science politique à l’Université de Montréal et à l’Université Lille 2 (France). Il est titulaire d’une maîtrise en science politique de l’Université Lille 2 et s’est spécialisé sur les politiques des activités économiques illicites. Sa recherche doctorale actuelle se concentre sur les résistances liées à la culture de la coca dans les régions rurales du Chapare (Bolivie), Convención et VRAEM (Pérou).

  • LinaMar Campos Flores

    Candidate au doctorat

    LinaMar Campos Flores détient une maîtrise en Médiation Interculturelle (Université de Sherbrooke) et est candidate au doctorat en Géographie Humaine à l’Université de Montréal. Elle est récipiendaire de la bourse du FRQSC pour son projet de recherche sur les programmes pour travailleurs en agriculture saisonnière qui contracte hommes et femmes latino-américain-e-s afin de travailler dans les champs et serres canadiennes. L’un de ses intérêt de recherche porte sur la composante émotionnelle dans l’étude des phénomènes sociaux, à travers la perspective des Géographies Émotionnelles. Elle explore par ailleurs les approches inter-sectionnelles et post-coloniales.

  • Laura Carli

    Candidate à la maîtrise

    Laura Carli est candidate à la maîtrise en sociologie à l’Université du Québec à Montréal. Dans le cadre de son mémoire de maitrise, elle travaille sur le processus d’intégration et la construction identitaire des jeunes issus de l’immigration sud-américaine en Argentine. Elle s’intéresse aussi aux pratiques d’exploitation des travailleurs migrants dans des ateliers de couture en Argentine.

    Laura détient également un baccalauréat en communication sociale (Université Juan Agustín Maza, Argentine) et un certificat en coopération internationale (Université de Montréal).

  • Rose Chabot

    Candidate au Doctorat

     

     

     

     

     

     

     

     

    Rose est candidate au Doctorat en sciences politiques à l’Université McGill et détient un Baccalauréat en Études internationales à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux enjeux reliés à la citoyenneté ainsi qu’aux relations entre l’État et la société dans les régions périphériques de l’Amérique latine. Sa recherche actuelle porte sur les effets des réseaux transnationaux et transfrontaliers sur la participation politique en Argentine, au Paraguay, en Bolivie et au Chili.

  • Louis-Charles Cloutier Blain

    Candidat à la maîtrise

    Ayant complété son baccalauréat en histoire à l’Université du Québec à Montréal (2013), Louis-Charles Cloutier Blain termine maintenant son mémoire de maîtrise à la même université sur l’histoire du Mexique contemporain sous la direction de Geneviève Dorais. S’attardant à l’écriture d’une histoire transnationale par le bas, il s’intéresse présentement au logement à Mexico D.F. dans les années 1970 et 1980. Il est également animé par un profond intérêt pour la théorie de l’histoire et l’épistémologie. Les questions entourant l’agentivité,  les transferts culturels et le rapport entre échelle d’analyse et écriture de l’histoire sont des exemples de ses principales préoccupations théoriques. L.-C. Cloutier Blain définit son rôle d’historien à l’instar de Marcus Rediker, soit d’historiciser l’expérience des gens ordinaires qui ont su simultanément s’opposer à l’ordre social de leur époque tout en proposant des solutions concrètes et des modes de vie alternatifs.

  • Danielle Coenga Oliveira

    Candidate au doctorat

     

    Danielle Coenga est diplômée en psychologie. Elle détient une maîtrise en psychologie sociale de l’Université de Brasilia (Brésil) et une maîtrise en études internationales de l’Université de Montréal. Travaillant dans la perspective féministe, elle s’intéresse aux droits humains et aux questions de genre et de sexualité. Ses travaux de maîtrise ont porté respectivement sur l’homophobie dans les discours contre l’union civile entre personnes de même sexe et sur l’intégration de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre dans les programmes de coopération internationale. Comme consultante du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et d’organisations non-gouvernementales, elle a exercé un rôle de spécialiste des questions LGBTQI (relatives aux personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transsexuelles, queer et intersexuelles) et de développement de projets de recherche et d’analyse de données. Dans le cadre de sa thèse doctorale, elle se penchera sur les conceptions d’égalité de genre dans les programmes et les projets de l’Organisation des Nations Unies.

  • Ximena Cuadra Montoya

    Candidate au doctorat

    Ximena Cuadra Montoya est candidate au Doctorat en science politique à l’Université du Québec à Montréal. Son sujet de recherche porte sur la question autochtone dans les contextes de conflits pour l’installation des industries extractives. Particulièrement, elle s’intéresse sur les questionnements et les réponses du mouvement mapuche à l’extractivisme énergétique au Chili. Elle est titulaire d’une maîtrise en science politique de l’Université du Québec à Montréal (2014). Son mémoire de recherche s’intitule « Pluralisme radical et décolonisation dans les mobilisations autochtones face à l’industrie extractive : analyse de deux cas au Chili et au Québec ». Elle détient également une maîtrise en sociologie de l’Université de Barcelone (2011) et un diplôme de baccalauréat en sociologie à l’Université de Concepción au Chili (2003).

  • Thiago De Oliveira Gonçalves

    Candidat au doctorat

    Thiago de Oliveira Gonçalves est candidat au doctorat en science politique à l’Université de Montréal. Il se concentre sur les enjeux de gestion suite au contexte d’augmentation de la population carcérale au Brésil depuis les années 1990. Ce projet de recherche pour le doctorat fait suite à son travail de maîtrise en science politique à l’Université Fédérale de Rio Grande Do Sul, qui se concentrait sur les déterminants des politiques en matière de drogues au Brésil. L’observation des droits humains dans les prisons est une variable importante pour comparer l’efficacité du système carcéral brésilien avec d’autres cas comme le Canada ou d’autres pays latino-américains. Il a également obtenu un baccalauréat en relations internationales au centre universitaire de Curitiba.

  • Annabelle Dias Felix

    Candidate au doctorat

    Annabelle Dias Felix est candidate au doctorat en science politique à l’Université de Montréal. Elle a obtenu sa maîtrise en études latino-américaines spécialité science politique à l’IHEAL (Institut des Hautes Études sur l’Amérique latine) à Paris. Elle s’est spécialisée sur la question de la sécurité publique au Brésil dès sa première année de maîtrise, où elle a approfondi ses recherches sur le sujet lors de sa dernière année. À cette occasion, elle a effectué un terrain de recherche de 3 mois au sein d’une unité de police pacificatrice à Rio de Janeiro, le mémoire qui en a découlé s’intitule : « Politique de sécurité et unités de police pacificatrice à Rio de Janeiro : pratiques et représentations chez les policiers militaires de Mangueira ». Elle approfondie cette question pour son doctorat en proposant une comparaison du cas brésilien avec le cas de la ville de Mexico au prisme de l’État de droit.

  • Jasmine Lopez

    Candidate à la maîtrise

    Je suis candidate à la maitrise de Science politique à l’Université de Montréal. J’ai également obtenu mon baccalauréat à l’Université de Montréal en Science politique, cheminement honor.  Dans le cadre de mon mémoire je travaille sur la participation des femmes au sein des mouvements de guérillas latino-américains et de l’influence de cette participation sur la construction du genre. De manière plus précise, je cherche à illustrer comment la participation des femmes au sein des mouvements de guérillas latino-américains redéfinit les normes de genres. De plus, je m’intéresse aux dynamiques de pouvoir, aux hiérarchies sexuées et aux enjeux intersectionnels.

  • Jean-Claude Kumuyange

    Candidat à la Maîtrise

    Jean-Clause est assistant adjoint à la coordination au groupe de recherche de l’Observatoire québécois de la démocratie (OQD) à l’université du Québec à Montréal. En travaillant longtemps auprès de plusieurs chercheurs, il acquit des compétences en recherche, ainsi qu’en analyse et dans le traitement des données.

  • Sophie Mailly

    Candidate à la maîtrise

    Sophie Mailly est une étudiante à la maîtrise en histoire à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse au lien entre la mémoire et le territoire au Guatemala. Son mémoire, qui s’intitule Une guerre à n’en plus finir: mémoire et droits humains dans la lutte pour la défense du territoire dans le Guatemala post-conflit, porte plus précisément sur la façon dont est mobilisée la mémoire historique dans la lutte pour la défense du territoire, en comprenant le territoire est un espace historique de pouvoir et de violence. Elle se penchera sur les récits historiques formulés sur le conflit armé interne et le passé plus lointain chez des communautés affectées par l’arrivée de projets extractifs au Guatemala. Détentrice de la bourse de maîtrise du CRSH, elle souhaite mettre de l’avant la perspective des communautés mayas qui ont été touchées autant par la violence du conflit armé que par la violence post-conflit en lien aux enjeux territoriaux.

  • Adriana Pozos Barcelata

    Candidate au doctorat

    Adriana Pozos Barcelata est candidate au doctorat en science politique à l’UQAM sous la supervision de Nancy Thede et Anahi Morales Hudon. Elle s’intéresse au processus de politisation des disparitions forcées au Mexique. Elle a fait des études en sociologie à l’Université de Lille 1, le premier Master a porté sur les pratiques et politiques de santé, le deuxième sur la sociologie de l’économie sociale et des associations. Elle a fait ses études de Bac en sociologie à l’Université de Veracruz.

  • Hugo Rueda Ramírez

    Candidat au doctorat
    Hugo Rueda Ramírez (Santiago-Chile, 1985) est titulaire d’un baccalauréat en histoire et d’une maîtrise en études latino-américaines de l’Universidad de Chile. Il a aussi completé plusieurs cours de spécialisation au Colegio de México COLMEX, à l’Universitat de Barcelona, et à l’Ibero-Amerikanisches Institut de Berlin. Ses lignes de recherche s’inscrivent à l’intérieur des principes de l’histoire culturelle, promouvant un dialogue interdisciplinaire centré sur les études de la culture matérielle, visuelle et patrimoniale. Il remplit présentement le rôle d’historien au Museo Histórico Nacional de Chile en plus d’être étudiant au programme de doctorat en histoire de l’Université Concordia, Montreal.
  • Cássia Reis Donato

    Candidate au doctorat

    Cássia Reis Donato est candidate au doctorat en science politique à l’Université Concordia. Elle a obtenu une maîtrise en psychologie sociale de l’Université Fédérale de Minas Gerais, Brésil. Son mémoire de maîtrise analyse les processus de participation politique des jeunes femmes afro-brésiliennes dans le cadre des inégalités raciales et de genre au Brésil. Elle a été impliquée activement dans les mouvements sociaux et a aussi de l’expérience en gestion des politiques publiques, en plus d’avoir enseigné dans ce domaine et travaillé comme consultante pour des institutions telles que l’UNDP. Ses principaux intérêts de recherche se centrent sur l’action collective et les luttes pour la justice sociale, les relations raciales et de genre, la violence et les politiques publiques.

  • Yussef Suleiman Kahwage

    Candidat à la Maîtrise

    Yussef Suleiman Kahwage est étudiant à la maitrise au département de sociologie à l’Université du Québec à Montréal. Il détient un baccalauréat en sciences sociales à l’Universidade Estadual Paulista (UNESP). Dans ses recherches, il s’intéresse à la justice distributive et aux politiques d’allocation familiale en contexte de migration. Il coordonne, sous la direction du professeur Victor Armony, la 1ère grande enquête sur la population d’origine latino-américaine au Québec.

    Il est également membre du Conseil d’administration du Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL), une organisation qui travaille à la défense et à la promotion des droits humains en collaboration avec les mouvements sociaux et les communautés d’Amérique.

  • Anne-Marie Veillette

    Candidate à la maîtrise

    Anne-Marie Veillette, diplômée en relations internationales et droit international à l’Université du Québec à Montréal et actuellement à la maîtrise en science politique avec concentration en études féministes, s’intéresse à la recherche féministe, à la violence policière et aux enjeux urbains, notamment en lien avec la marginalisation urbaine. Dans le cadre de sa recherche de maîtrise, elle a travaillé sur le déploiement et les impacts de la violence policière dans les favelas de Rio de Janeiro, en s’intéressant plus particulièrement à la perception des femmes des Unités de police pacificatrice (UPP). En outre, elle travaille aussi actuellement au Centre Paulo-Freire (Centre d’aide et de ressource pour les étudiants-es en science politique de l’UQAM) et participe à une recherche sur la nécessité intersectionnelle auprès du Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel.